Ecclestone veut des améliorations à Interlagos

Publié le par Matthieu Piccon

Lotus---Heikki-Kovalainen-Sao-Paulo.JPGChacun son tour : il y a trois semaines, Bernie Ecclestone menaçait de ne pas renouveler le contrat du Grand-Prix de Monaco au motif que ses organisateurs ne versaient pas une contribution financière suffisante à ses yeux.

Pourtant, la semaine dernière, il rédigeait un communiqué pour annoncer la prolongation de 10 ans de ce contrat. Maintenant que les négociations avec la Principauté sont terminées, le grand argentier de la Formule 1 peut s'attaquer à une nouvelle cible : le Brésil.

Cette fois-ci, la menace ne concerne pas directement la présence du Brésil au calendrier mais l'état de la piste. Il faut, en effet, reconnaître que la longue courbe qui remonte jusqu'à la ligne droite des stands est souvent comparée à un escalator, tant il y a de bosses. Or avec des monoplaces placées au ras du sol, cela peut vite se transformer en cauchemar pour les pilotes.

Ecclestone souhaite donc qu'un vaste chantier soit engagé sur le circuit. Il repose son argumentation sur le fait que le Brésil va bientôt accueillir les deux plus grands événements sportifs du monde : la Coupe du Monde de football en 2014 et les Jeux Olympiques en 2016. "Tout cela a du sens. Cela fait longtemps que je crois au Brésil, j’y ai emmené la Formule 1 dès 1972. Le futur de ce Grand Prix dépend vraiment d’améliorations significatives apportées à Interlagos. Ces deux évènements planétaires sont une grande opportunité de renouveler le circuit. Je ne peux plus me faire harceler par les équipes qui me demandent pourquoi on se rend toujours sur ce qui est le pire circuit du championnat. Je vais avoir une conversation sérieuse avec le maire."

S'il est vrai que l'état de la piste peut laisser à désirer, le circuit présente un véritable intérêt pour les pilotes puisqu'il comporte les fameux S de Senna, deux longues lignes droites où il est possible de se dépasser et un escargot intérieur très exigeant. Autre argument en faveur du circuit pauliste : la foule toujours immense aux abords du circuit, portée par la passion qu'elle a pour ce sport depuis Ayrton Senna. Le circuit avait failli entré en fusion lorsque Felipe Massa avait été très près (un virage...) d'y être sacré en 2008. Cela change des tribunes vides de Bahrein, de la Turquie ou de la Chine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article