Ecclestone détourne l'attention avec un Grand-Prix de Londres

Publié le par Matthieu Piccon

Red-Bull---Mark-Webber--Londres.jpg

Alors qu'il était au coeur de l'actualité à cause de la condamnation de Gehrard Gribkowsky, Bernie Ecclestone est parvenu à surfer sur l'événement promotionnel de Santander en annonçant qu'il serait prêt à financer la tenue d'un Grand-Prix dans les rues de Londres.

La semaine dernière, McLaren avait commencé à réaliser l'amorce d'un buzz autour de l'idée d'une course dans les rues de Londres en donnant le le lien d'un site internet portant le nom de www.lgp2012.com. Peu de temps après est arrivée l'idée d'un Grand-Prix dans et autour du tout nouveau stade olympique afin de contribuer à l'attractivité de cette partie de la ville longtemps délaissée.

La proposition faite par la banque espagnole est beaucoup plus imaginaire puisqu'elle prévoit de passer par la grande majorité des lieux symboliques de la capitale britannique : Buckingham Palace, le Mall, Hyde Park, le Parlement... Il est certain que la Reine serait ravie d'entendre les moteurs vrombissants passer juste sous ses fenêtres.

Néanmoins, Bernie Ecclestone a décidé d'amplifier le bruit médiatique autour d'une telle éventualité en accordant une interview au Times dans laquelle il se déclare prêt à verser les 35 millions de livres nécessaires à la tenue d'une telle épreuve. Cela a eu le mérite d'être repris par un grand nombre de journaux et sites Internet, y compris londoniens. Dans le même temps, beaucoup moins de publications s'intéressaient à la condamnation de l'ancien banquier de Bayern LB pour corruption où le procureur munichois avait déclaré qu'il considérait le grand argentier de la F1 d'être un complice dans un acte de corruption.

Pourtant, il est pratiquement impossible qu'une telle épreuve ait lieu et encore moins vraisemblable que Bernie Ecclestone soit celui qui règle la facture attendue par les écuries. En effet, cela créerait un précédent inédit et pourrait provoquer la colère de tous les autres promoteurs qui doivent régler les importantes sommes demandées par la FOM. Alors que ceux-ci viennent de se rassembler au sein de la FOPA, il y a très peu de chances qu'ils n'expriment pas leur fort désaccord par rapport à une telle décision.

Les premiers concernés par une telle proposition sont évidemment les promoteurs de Silverstone, qui disposent d'un contrat qui court jusqu'en 2027. Il faudrait donc que deux épreuves cohabitent dans le même pays, tendance qui semble être de moins en moins appréciée comme le montre les discussions pour alterner les courses de Valence et Barcelone.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article