Donald Mackenzie devient le nouveau président de la F1

Publié le par Matthieu Piccon

Paddock-Magazine---Bernie-Ecclestone--Donald-Mackenzie.jpgL'environnement économique de la F1 est marqué depuis des mois par l'affaire Gribkowsky. L'actuel propriétaire de la F1, CVC Capital, a donc décidé de prendre les choses en main et de montrer qu'il était clairement aux commandes de son investissement. C'est pourquoi Donald Mackenzie, l'un de ses cofondateurs, vient d'être nommé président de Delta Topco, qui détient les droits commerciaux du sport.

Cette nouvelle ne va certainement pas faire plaisir à Bernie Ecclestone puisque c'est une claire prise de pouvoir par le fonds d'investissement. Plus tôt dans l'année, le grand argentier de la F1 déclarait : "Je ne pense que la F1 ait besoin d'un président. Les président ne gèrent pas les entreprises. Nous allons probablement faire revenir le sujet lors d'un prochain conseil d'administration." Pourtant, il doit désormais simplement reconnaitre que "Donald est le président."

Cela devrait rassurer une partie des investisseurs ayant confiés leurs fonds à CVC Capital, inquiets du manque de communication depuis l'annonce de l'arrestation de l'ancien employé de BayernLB autour de la vente de la F1. Un grand investisseur européen avait ainsi déclaré au Financial Times : "Tout investisseur important a cette question sur son radar et veut qu'on lui réponde aux deux questions suivantes : Est-ce que vous saviez ce qui se passait ? Si non, quels changements avez-vous fait au niveau de l'entreprise après que vous l'ayez découvert ? Un autre grand fonds d'investissement institutionnel aurait depuis longtemps effectué les changements nécessaires dans le management de la F1 et aurait communiquer de manière transparente."

Si la F1 ne représente qu'une partie de ses 48 milliards de dollars gérés, c'est un des actifs les plus en vue médiatiquement. En 2006, c'est Donald Mackenzie qui était la principale force au sein de CVC Capital pour conclure l'accord et signer un chèque d'1,7 milliard de dollars. Comme le fonds ne disposait pas des fonds propres pour couvrir l'ensemble de la transaction, il n'a pu versé en cash "que" 960 millions de dollars tandis que le reste provenait d'un prêt contracté auprès de Royal Bank of Scotland.

Depuis l'investissement s'est révélé très profitable puisque, selon Formula Money, le chiffre d'affaires de la Formule Un a progressé de 60% depuis 2006, pour atteindre 1,6 milliard de dollars. Cela s'est traduit par un gain net de 800 millions de dollars sur cinq ans pour le fonds d'investissement, soit un rendement appréciable de 15% par an. En ces temps de crise économique et financière mondiale, peu d'investissements peuvent se targuer de tels résultats. Pour celui qui avait pour héros de jeunesse son compatriote Jim Clark, la F1 n'est donc pas qu'un moyen d'assouvir sa passion...

A l'heure actuelle, CVC ne semble pas être dans la position d'un fonds qui se place en tant que vendeur, malgré les nombreuses rumeurs à ce sujet depuis le mois d'avril...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article