Début du procès de Bernie Ecclestone à Londres

Publié le par Matthieu Piccon

Paddock Magazine - Bernie Ecclestone, Donald-MackenzieAlors que l'aspect sportif de la F1 s'est conclu avec les titres de Sebastian Vettel et de Red Bull, l'aspect juridique ne fait que commencer. Les auditions autour de la plainte de Constantin Medien viennent ainsi de commencer à Londres.

Ces auditions sont liées à une plainte déposée en août 2011 par le groupe de médias allemands. Celui-ci avait profité des informations diffusées à l'occasion du procès du banquier allemand Gehrard Gribkowsky pour étayer sa demande de dommages et intérêts dans le cadre de la cession des actions de la F1 à CVC Capital.

Ainsi le principal fait qui est reproché à Bernie Ecclestone est le versement de 44 millions de dollars effectué à l'ancien banquier de BayernLB, pour lequel ce dernier a été condamné à huit ans et demi de prison. Toute la question est l'interprétation de ce paiement : Constantin Medien est convaincu qu'il s'agit d'un pot-de-vin afin de faire baisser le prix de vente et de favoriser CVC Capital dans le processus de vente alors que, pour Bernie Ecclestone, il ne s'agit que d'un paiement effectué pour empêcher le banquier allemand de faire de fausses déclarations auprès du fisc britannique.

Constantin Medien demande donc aujourd'hui 170 millions de dollars de dommages et intérêts dans le cadre de cette vente. En effet, Constantin Medien a vendu 16,7% de la F1 à BayernLB pour 8,5 millions d'euros en 2003. Acculé financièrement, le groupe avait accepté de vendre à perte mais en mettant en place une clause pour la revente par la banque allemande : 10% de cette revente lui reviendrait si la banque parvenait à céder cette participation pour plus de 1,1 milliard de dollars. Or CVC Capital n'a réglé "que" 814 millions de dollars, ce qui excluait donc Constantin Medien de la transaction.

Bernie Ecclestone se retrouve donc au centre de la plainte, tout comme son ancien avocat, Stephen Mullens, son trust Bambino Holdings et Gehrard Gribkowsky. Philip Marshall, l'avocat de Constantin Medien, a ainsi déclaré : "Nous estimons que la transaction était fortement orientée dans le sens de M. Ecclestone et de Bambino et fortement contre BayernLB et ceux qui étaient impliqués dans cette vente."

Mais c'est loin d'être la seule procédure judiciaire à laquelle doit faire face l'octogénaire. Ainsi il a été mis en examen par le parquet de Munich et il est la cible d'une plainte par le fonds d'investissement Bluewaters à New York. Comme si cela n'était pas suffisant, les autorités suisses ont déclaré aujourd'hui qu'elles allaient également ouvrir une enquête sur cette vente afin de s'assurer que la loi suisse n'a pas été violée.

Dans ces conditions, les projets de CVC Capital d'introduire la F1 en Bourse paraissent de plus en plus compromis. Cela pourrait renforcer la volonté du fonds d'investissements de concrétiser le rachat de l'agence spécialisée IMG afin d'y "dissoudre" la F1 et pouvoir ainsi exercer sa plus-value.

Commenter cet article