Campos racheté par Jose Ramon Carabante

Publié le par Matthieu Piccon

HRT---Jose-Ramon-Carabante.jpgLes diffultés financières de Campos étaient une bien une réalité. Cependant les craintes de Bernie Ecclestone sont désormais écartées. En tout cas, ce qui concerne l'écurie espagnole. Ainsi Jose Ramon Carabante a décidé de devenir l'actionnaire de référence de l'écurie qui fera ses débuts en Formule 1 cette saison.

L'entrepreneur, qui était déjà le président et partenaire de l'équipe, a décidé de faire cette montée au capital afin d'assurer la place de son écurie sur les grilles et ce dès Bahrein. Il déclare ainsi : "Toute l'opération de sauvetage a été une course contre la montre avec toujours l'objectif de présenter deux monoplaces compétitives lors du premier Grand-Prix de la saison, à Bahrein."

Tout faire pour être présent à Bahrein

Carabante a également annoncé que Colin Kolles allait devenir le manager de l'équipe de course, dont le siège sera bien maintenu en Murcie puisque cette province espagnole avait apporté une aide de 25 millions d'euros au projet, bien qu'elle prenne ses quartiers directement dans l'usine italienne de Dallara pour, au moins, la première course afin de faciliter la prise d'informations.

Kolles a déclaré : "Je ne pouvais pas résister à ce challenge extraordinaire et je suis très exité d'apporter mes forces à l'écurie. Lors des dix prochains jours, nous allons revoir tout le fonctionnement de l'écurie, trouver des ressources financières supplémentaires afin d'être sûr que l'équipe fasse ses débuts à Bahrein. Nous allons également annoncer notre line-up 2010 (NDLR : seul Bruno Senna a, pour l'instant, officiellement signé) en temps et en heure et rendre l'opération viable sous la propriété de Jose Ramon Carabante." Dans un si court laps de temps, le Roumain de 43 ans pourra compter sur sa solide expérience de la F1 puisqu'il présida à la destinée de Midland puis de Spyker, puis de Force India entre 2006 et 2009. Depuis il avait formé sa propre écurie en DTM ainsi qu'en LMP1 pour les 24 heures du Mans.

"Ils avaient un atelier vide, et rien dedans."

Cela ne l'empêche pas de dresser un sombre portrait de la situation dans laquelle il a trouvé l'écurie : "Nous aurons deux voitures à Bahreïn. Je ne sais pas comment nous allons les avoir, et je m’en fiche, mais nous les aurons sur la grille. Si cela se produit, ce sera une des choses les plus incroyables qui soient. Ils n’avaient rien. Ils avaient un atelier vide, et rien dedans."

Il semblerait donc que la pression mise par Stefan GP sur le châssis Dallara développé pour l'écurie espagnole ait fait bouger les choses. La structure serbe ne peut donc désormais plus compter que sur le seul retrait d'USF1, chose qui semble de plus en plus probable ces dernières heures.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article