Bernie Ecclestone va donner des preuves lors du procès Gribkowsky

Publié le par Matthieu Piccon

Force India - Bernie EcclestoneLe procès de l'ancien banquier Gerhard Gribkowsky se tiendra d'ici la fin du mois d'octobre. Bernie Ecclestone, impliqué dans cette affaire depuis l'arrestation de l'Allemand en janvier dernier, a confirmé qu'il serait un témoin entendu par la cour de Munich et qu'il y donnerait des preuves.

Gerhard Gribkowsky est accusé de deuxchefs d'accusation différents par rapport à la vente des droits commerciaux de la F1 en 2006. Le premier concerne une accusation de corruption, à travers un versement de 44 millions de dollars effectué par Bernie Ecclestone. Dans un premier temps, les enqueteurs estimaient que le paiement avait pour objectif de faire baisser le prix de vente de ces 47,2%. Or Bernie Ecclestone n'étant pas acheteur, il n'avait aucun intérêt de faire baisser le prix de la transaction. La nouvelle piste suivie est que Gerhard Gribkowsky a fait un chantage au grand argentier, menaçant de dévoiler de fausses informations au fisc britannique sur la structure actionariale de ses différentes sociétés.

Aujourd'hui, Bernie Ecclestone affirme à The Independent que le versement n'avait pas non plus pour objectif d'inciter Gribkowsky à vendre la F1 CVC pour qu'il soit maintenu aux commandes de ce sport puisqu'il était assuré d'être maintenu en place : "J'avais un contrat avec Bayern LB afin qu'ils ne puissent pas me virer. CVC a racheté le contrat. Ils devaient donc également me conserver. Je vais être témoin lors du procès. J'ai été à Munich et été interrogé. Je suppose donc qu'ils veulent me poser les questions auxquelles j'ai répondu. C'est ce qui arrive normalement au tribunal. Sacha Woodward-Hill (le directeur juridique de la F1) doit également venir."

 Le second volet de l'affaire correspond au fait que ce versement a été effectué sur un compte bancaire autrichien sans que le banquier allemand ne le déclare aux autorités fiscales outre-rhin. Cela se traduit donc par une accusation de fraude fiscale puisque la fiscalité autrichienne est plus avantageuse que celle de son pays de résidence. Le fait qu'il n'ait pas informé son employeur de ce versement (alors que cela avait un lien direct avec son emploi au sein de Bayern LB) constitue également un abus de confiance.

L'échéance judiciaire est proche, ce qui permettra d'avoir une réponse définitive à toutes les questions qui entourent la vente de la F1 à CVC alors que les rumeurs autour d'un futur rachat se multiplient ces derniers mois et que les négociations autour des prochains Accords Concorde vont bientôt commencer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article