Bernie Ecclestone ne facture pas les 40 millions de dollars à Bahrain

Publié le par Matthieu Piccon

Tour BahrainL'une des principales questions qui se sont posées depuis l'annonce du report de la course de Bahrain concernait les frais d'organisation que Bernie Ecclestone facture aux pays organisateurs. Aujourd'hui, celui-ci a affirmé que si la course n'avait pas lieu en 2011, il ne facturerait pas les 40 millions de dollars exigés du Royaume du Golfe.

Dans une interview accordée au Telegraph, le supremo de la Formule 1 a ainsi été très clair : "Les frais normalement payés pour l'événement ne sont pas payés. Je ne leur facture pas une course qui n'a pas lieu." Il a, par ailleurs, confirmé que la somme exigée était proche des 40 millions de dollars évoqués dans la presse. De plus, il ne recevra pas de compensations financières de la part de ses assureurs puisque la Formule 1 n'est pas assurée pour ce genre d'événements : "C'est comme un tremblement de terre. Personne n'aurait pu le prévoir il y a un mois."

Par contre, il affirme que les 20 millions de dollars supplémentaires pour accueillir la première épreuve n'existaient pas :"Les 20 millions de dollars que Bahrain est supposé avoir surenchéri pour accueillir la première épreuve de l'année ont été évoqué largement et de manière incorrecte. Il n'y a jamais eu de frais supplémentaires pour accueillir la première épreuve ou la dernière. Nous établissons le calendrier pour plaire au sport."

Cette précision est relativement étonnante puisqu'on peut se demander, si cela était vraiment le cas, pourquoi le championnat débute (Bahrain) et se termine (Abu Dhabi en 2010) au Moyen-Orient alors que cela augmente les frais de logistique. Ces courses bénéficient d'une exposition médiatique largement supérieure aux autres courses, ce qui en augmente donc la valeur. Il paraitrait étonnant que Bernie Ecclestone fasse une telle faveur à ses clients, lui qui n'est pas réputé pour sa bonté d'âme en affaires.

Toutes les parties en présence ont donc tout intérêt pour trouver un nouveau créneau calendaire de par les conséquences économiques en jeu : Bahrain n'est peut être pas assuré contre l'annulation d'une épreuve et va donc perdre une source significative de revenus (selon le fonds soutenu par l'Etat, Mumtalakat Holding Company, l'édition 2008 a rapporté 600 millions de dollars), Bernie Ecclestone ne touchera donc pas ses 40 millions de dollars d'inscription au championnat. Or cette somme est ensuite redistribuée aux écuries en fonction de leurs résultats sportifs, ce qui réduirait donc d'autant leur budget pour la saison 2012.

Tout le monde est donc perdant dans cette situation. A n'en pas douter, dès que le pays aura retrouvé son calme, tout sera mis en oeuvre pour que l'épreuve puisse se dérouler en 2011...

Commenter cet article