ART Grand-Prix se lance dans la fabrication de karting

Publié le par Matthieu Piccon

logo ART Grand-PrixSi ART Grand-Prix avait dû renoncer en 2010 à s'inscrire au championnat de F1 2011 pour un manque de temps pour être compétitif, l'écurie française a décidé de redescendre la chaine des sports automobiles puisqu'elle va devenir un constructeur de châssis de karting dès l'an prochain.

La logique défendue l'an passé dans le cadre d'une candidature à la F1 est que l'écurie co-détenue par Frédéric Vasseur et Nicolas Todt était qu'elle était présente sur les deux formules de promotion les plus proches de la catégorie-reine (à savoir le GP2 et le GP3), où elle connaissait un grand succès (trois titres pilotes et constructeurs en GP2 en cinq ans et était alors en bonne voie pour remporter la première saison de GP3).

Cette histoire en matière de succès (commencée par sept titres en sept ans en Formule 3 Euroseries) imposait aux deux associés de présenter un projet solide pour faire le grand pas. L'objectif étant de ne pas hypothéquer toute la structure avec cette évolution, l'écurie se devait d'être compétitive d'emblée afin d'obtenir les fameux droits télévisés accordés aux dix premières équipes du championnat. Or les deux hommes ont estimé, malgré un budget suffisant pour se lancer, que neuf mois ne permettaient pas d'être assez compétitif. Ils avaient donc alors décidé de renoncer tout en se renforçant pour l'avenir en signant un accord stratégique avec Group Lotus.

Aujourd'hui, c'est sa structure de management de pilotes, All Road Management, que Nicolas Todt veut renforcer en lançant une équipe usine et en fournissant d'autres écuries afin de découvrir les talents de demain dès le plus jeune âge pour maximiser son retour sur investissement tout en créant une nouvelle source de revenus pour ART Grand-Prix. Pour franchir cette nouvelle étape, ART Grand-Prix a décidé de ne pas se lancer seule dans l'avenir et s'est donc associée à Armando Filini. C'est pourquoi le siège de cette nouvelle structure sera basée à proximité du circuit de Lonato en Italie et non plus dans ses locaux traditionnels de l'Oise.

Il faut dire que les deux partenaires ont un long historique commun puisque l'Italien a permis de lancer, via sa structure de karting, deux pilotes faisant partis du pool de pilotes du Français : Jules Bianchi (qui court pour Lotus ART en GP2) et Aaro Vainio (pilote GP3 d'une autre écurie française, Tech1 Racing). C'est pourquoi Nicolas Todt déclare : "Je suis très fier de rajouter une nouvelle pierre à notre édifice. Le monde du Karting a toujours été un véritable vivier et beaucoup des plus grands pilotes actuels y ont d'ailleurs fait leurs premiers pas. Pour notre société, la décision de rejoindre un tel environnement de qualité s'inscrit dans la logique de l'entreprise qui peut jouir de la synergie de ses différentes activités. Le fait qu'Armando Filini nous ait rejoints dès le premier jour est un atout majeur qui devrait nous permettre d'accélérer notre phase d'apprentissage. Nous abordons ce défi avec humilité, enthousiasme et détermination. En tant que manager de pilotes, être impliqué dans le karting nous donnera l'occasion d'être au contact des pilotes les plus prometteurs dès les premières phases de leur carrière, avec l'ambition de les préparer au mieux aux étapes ultérieures."

Ce lancement sera massif et impactant pour le marché actuel du karting de compétition puisque ART Grand-Prix a l'ambition d'être présent sur l'ensemble des catégories, y compris le mini-kart.

Publié dans ART Grand Prix, Karting

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article