Après le Venezuela, le Kazakhstan arrive chez Williams

Publié le par Matthieu Piccon

Williams - Pastor Maldonado 2013Dans le cadre de sa stratégie de diversification, Williams va peut-être créer une filiale spécialisée dans le tourisme : après le soutien massif du Venezuela, l'écurie vient d'annoncer un nouvel accord avec le Kazakhstan, pour mettre en avant sa capitale, Astana.

La capitale kazakhe n'est pas une inconnue pour les amateurs de sport, notamment de vélo. Ainsi depuis la saison 2007, une écurie professionnelle porte son nom mais est financée par un conglomérat d'investisseurs locaux. Elle a connu ses heures de gloire en 2009 avec le sacre d'Alberto Contador sur le Tour de France.

Le même schéma est mis en avant aujourd'hui. Ainsi les fonds sont apportés par le fonds d'investissement local TAK Group mais la visibilité sera centrée sur Astana. Ainsi le logo de la ville sera placée à deux endroits différents des monoplaces, dont le nez, de Pastor Maldonado et de Valtteri Bottas. Ces logos rejoindront donc ceux consacrés au Venezuela, qui est également présent via le soutien massif de PDVSA.

Artur Ardavichus, un des responsables de TAK Groupe, explique donc les efforts de communication mis en place pour promouvoir l'image internationale de la ville et du pays dans son ensemble : “La Formule un est l'un des sports les plus exposés médiatiquement dans le monde et son audience mondiale va offrir à Astana une plate-forme marketing inégalée. Williams est également une des équipes les plus respectées dans ce sport. C'est donc particulièrement gratifiant de nous assoicer avec eux. Nous avons hâte de travailler avec eux cette année et de promouvoir le sport et le tourisme dans la ville d'Astana et dans tout le Kazakhstan."

Outre ces engagements visibles sur les monoplaces, Williams dispose également d'un soutien important de la part du Qatar, où est situé son Technology Center. Ainsi les deux pilotes de l'écurie ont fait un détour dans le petit émirat à l'issue du Grand Prix de Bahrain afin de remettre la lumière sur cet équipement et donc le pays.

Ce nouveau partenariat devrait permettre de combler tout ou partie du déficit de cinq millions de livres sterling enregistré sur l'année fiscale clôturée le 31 décembre 2012.

Commenter cet article