Accord commercial pour le développement de Silverstone

Publié le par Matthieu Piccon

Silverstone - inauguration WingAprès trois ans de recherche, le BRDC a enfin trouvé le partenaire adéquat pour continuer le développement de Silverstone. C'est le fonds de pension de British Telecom, MEPC, qui vient d'obtenir un lease d'une durée de 999 années pour 32 millions de livres sterling.

Cette annonce est donc exactement en lien avec ce qui avait été déclaré en août 2011 par un proche du dossier : "Pour réaliser tous ces développements, ils doivent emprunter énormément d'argent et, sur le long terme, le club ne peut pas se le permettre. Ils veulent donc obtenir beaucoup d'argent grâce à un leasing très, très long de la part d'une entité très riche, peut-être un fonds d'investissement, qui poursuivrait le développement."

A l'époque, le fonds d'investissements en question était celui du Qatar. Pourtant les discussions n'ont jamais abouti mais un accord a bel et bien été trouvé avec MEPC. Comme prévu, la durée du contrat est extrêmement longue, ce qui correspond à la vision traditionnellement utilisée par le fonds d'investissement pour ses sept parcs d'activité commerciale. Quant au paiement de 32 millions de livres, il permet au BRDC de régler d'un coup l'ensemble de ses dettes de courte et longue durée, contractée pour les importants travaux de The Wing, le nouveau paddock utilisé par la F1.

L'accord passé va permettre à Silverstone de se doter d'infrastructures autour du circuit, qui lui permettront d'assurer sa viabilité économique. En effet, le circuit britannique est l'un des seuls au calendrier à ne bénéficier d'aucune subvention publique. Les activités annexes aux courses sont donc essentielles pour le circuit, comme nous l'avait expliqué Richard Philipps, le directeur du circuit, lors de notre interview exclusive à l'occasion de l'édition 2013 : « Si vous regardez à nos bénéfices, organiser des événements comme la Formule 1 ou le MotoGP représentent environ 32% de nos bénéfices. Le reste provient de nos autres activités. Nous devons le faire. Même si on gagne de l’argent avec la Formule 1, les coûts fixes autour sont énormes. Nous devons donc amortir ces coûts fixes sur d’autres activités et c’est ce que nous faisons avec notre programme de diversification que nous avons débuté il y a bientôt dix ans. A l’avenir, nous allons essayer de nous diversifier encore plus, en allant davantage sur des activités de loisirs. Nous avons ainsi une entreprise d’organisation d’événements qui opère sur trois continents. Nous avons donc beaucoup d’idées pour aller de l’avant et pour nous assurer que les sports automobiles puissent rester importants à Silverstone. Il est important de garder cette résilience car il se peut que les sports automobiles restent profitables à l’avenir, à cause de la façon dont se développent les coûts. Donc si nous nous diversifions l’entreprise sera résiliente et nous pourrons rester. »

Par contre, l'accord passé avec MEPC ne comprend pas la gestion du circuit en tant que tel. Un autre accord a été trouvé avec un autre partenaire mais des conditions de confidentialité empêchent les dirigeants du BRDC de le commenter. Mais être débarrassé de la charge de sa dette permet donc au circuit d'assurer sa présence sur le long terme et de faire face à la hausse de 10% des coûts que lui impose la F1 dans le cadre de son contrat de 17 ans.

Commenter cet article