Mensonge australien : trois courses avec sursis

Publié le par Matthieu Piccon

McLaren---pitlane.jpgC'est le soulagement qui règne dans les rangs de l'écurie McLaren-Mercedes à l'issue de l'audition devant le Conseil mondial de la FIA.
 
Dans l'affaire du "mensonge australien" de Lewis Hamilton, le Conseil mondial a décidé de faire preuve de clémence en donnant simplement un avertissement ferme pour l'écurie de Woking.
 
Ainsi l'équipe du champion du monde en titre n'écope que de trois courses de suspensions avec sursis, c'est-à-dire que si l'équipe devait, dans les douze mois à venir, se mettre en infraction n'importe quel des articles du réglement, elle serait suspendue pour trois courses. Elle a donc "seulement" une (très légère) épée de Damoclès au-dessus de la tête mais pas du tout le pied dans le gouffre.
 
En effet, le constructeur Mercedes, actionnaire de McLaren et qui fournit également Force India et Brawn GP, avait averti qu'il se retirerait en cas de sanction trop sévère. Une telle menace est donc désormais levée. La FIA a pris en compte le fait que l'écurie avait pris les choses puisque le fautif, Dave Ryan, a été licencié pour avoir menti et incité Lewis Hamilton à faire de même.
 
Max Mosley, président de la FIA, se déclarait satisfait de la décision, qui aurait pu être toute autre si son vieil ennemi, Ron Dennis, ne s'était pas retiré de la Formule 1 en début de saison. Dans l'affaire d'espionnage industriel envers Ferrari en 2007, la même FIA n'avait pas hésité à exclure du championnat constructeurs la même équipe McLaren-Mercedes, alors dirigée par son leader charismatique.
 
Martin Whitmarsh et ses hommes peuvent donc désormais souffler et se reconcentrer vers les courses à venir, dont le Grand-Prix de Barcelone la semaine prochaine.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article