Mercedes vient au secours de Racing Point

Publié le par Matthieu Piccon

Mercedes a su trouver les arguments pour que McLaren et Williams ne fassent pas appel contre la décision de la FIA par rapport aux écopes de freins de Racing Point. Seuls Renault et Ferrari entendent aller au bout de la démarche.

C'est La bataille qui agite le paddock depuis des semaines : la conformité du modèle économique choisi par Racing Point pour le développement de sa monoplace 2020. L'équipe affirme qu'elle a développé sa RP20 avec ses propres données alors que ses concurrents, Renault en tête, estiment que ce n'est qu'elle a acheté des éléments non autorisés auprès de Mercedes.

Une première réponse a été rendue la semaine dernière avec la décision de la FIA de retirer 15 points au championnat Constructeurs et d'infliger une pénalité de 400 000 euros à Racing Point. La raison est que la fédération estime effectivement que les dites écopes de freins sont une copie conforme de ceux de Mercedes alors que cela fait désormais partie des éléments qu'il est interdit d'acheter à un autre concurrent.

Sauf que cette réponse ne satisfait personne dans le paddock. Racing Point estime être dans son bon droit et d'autres équipes estiment que la sanction est trop légère puisqu'elle enfreint la réglementation sportive. Pendant le week-end du Grand Prix des 70 ans de la F1, Renault, Ferrari, McLaren et Williams avaient ainsi fait savoir qu'ils entendaient faire appel de cette décision, réclamant une sanction plus forte quand l'équipe rose indiquée faire de même mais avec un objectif inverse.

Mais de l'intention à la réalité, il y a souvent un pas. Surtout quand les intérêts économiques viennent se mêler à la discussion. Ainsi Racing Point peut compter sur un appui de taille, à savoir Mercedes. En effet, le motoriste a su faire valoir ses arguments auprès de ses clients pour ne pas qu'ils apportent leur poids dans l'appel. C'est pourquoi McLaren, qui passera dans le camp Mercedes l'an prochain, et Williams ont fait savoir qu'ils ne feraient finalement pas appel. Williams a ainsi déclaré : "Après mure réflexion, Williams a choisi de ne pas faire appel. Nous pensons que la décision de la FIA d'interdire la copie de voitures à partir de 2021 répond à notre principale inquiétude et renfonce le rôle et la responsabilité d'un constructeur au sein de ce sport, ce qui est fondamental pour l'ADN de la Formule 1 et en adéquation avec les convictions de Williams."

C'est là que l'on mesure en quoi la fourniture de moteurs est bien un poids politique important : si McLaren était resté motorisé par Renault l'an prochain, elle serait certainement aller au bout de sa démarche, aux côtés de Renault. Le constructeur français peut tout de même compter sur l'appui de Ferrari, qui se retrouve en difficultés sportives cette saison et voit ainsi l'opportunité d'écarter un rival en piste.

Racing Point aux centres de toutes les attentions

Racing Point aux centres de toutes les attentions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article