Des changements importants pour l'avenir de la F1

Publié le par Matthieu Piccon

Afin d'être en mesure de réagir rapidement, la FIA a fait adopté un certain nombre de mesures et de changements du règlement sportif de la F1.

La gestion de la F1 est réputée pour être parmi les plus politiques qu'il soit, avec des pouvoirs de blocage à beaucoup d'organes différents, ce qui rend tout changement compliqué.

L'unanimité n'est plus obligatoire

Mais face à une situation inédite, l'organisme de la Place de la Concorde a su adopter un certain nombre de changements indispensables à une reprise rapide des hostilités en piste quand la crise sanitaire sera passée. Le premier et plus important est que l'unanimité des équipes ne sera désormais requise pour tout changement dans le règlement sportif : en tant normal, celle-ci s'applique à partir du 31 avril de l'année précédente. Désormais, seule une majorité de 60% sera nécessaire.

Fermeture obligatoire pour les motoristes

Mais certains éléments ne seront même plus ouverts au débat et au vote : désormais, le calendrier peut être modifié à volonté par Jean Todt afin de pouvoir réorganiser des courses au plus vite. Afin de se laisser le plus de latitude possible, la FIA avait déjà anticipé en avançant la fameuse trêve estival d'août à mars/avril. Mais elle a également décidé d'appliquer cette restriction à la composante moteur des usines, qui était jusqu'à présent exclue de ce programme.

L'une des raisons est que Ferrari est le seul motoriste à avoir son usine moteur et châssis au même endroit. Or les autorités italiennes ont actuellement imposé un confinement qui l'oblige à l'arrêt. Afin de ne pas créer de désavantages sur ce plan, la FIA impose donc une fermeture à tout le monde, sachant que cette période de trêve pourrait être étendue en fonction des directives des différents gouvernements.

Moins d'éléments d'unité de puissance disponibles

Dans la quête de limiter au maximum les coûts, il a également été prévu de revoir l'allocation des différents éléments de l'unité de puissance en fonction du nombre de courses qui pourraient effectivement avoir lieu.

La répartition va ainsi évoluer de la manière suivante :

  Au moins 15 courses 12 à 14 courses Jusqu'à 11 courses
Moteurs à combustion interne 3 2 2
MGU-H 3 2 2
MGU-K 3 2 2
Turbocompresseurs 3 2 2
Batterie 2 2 1
Contrôle électronique 2 2 1

Interdiction de travailler sur la monoplace de 2022

Plus tôt dans le mois, la FIA avait pris la décision de repousser d'un an le changement de réglementation technique, à 2022, tout en gardant l'entrée en vigueur du plafond des budgets dès l'an prochain.

Afin de s'assurer que les équipes ne profitent pas de la saison actuelle, où les dépenses restent illimitées, pour lancer de gros développements en prévision de 2022, la FIA a désormais interdit tout développement sur le sujet sur 2020.

Toutes ces mesures répondent à une logique de bon sens. Il ne reste plus qu'à espérer que cet état d'esprit soit maintenu dans les mois à venir alors que l'ensemble des parties est toujours en train de négocier les prochains Accords Concorde, qui régissent l'ensemble de la répartition des revenus des équipes.

La F1 cherche à voir la lumière au bout du tunnel

La F1 cherche à voir la lumière au bout du tunnel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article