La France et l'Autriche, des points-clés de la saison de Charles Leclerc

Publié le par Matthieu Piccon

A mi-saison, Charles Leclerc estime que les Grand Prix de France et d'Autriche ont été des points-clés dans son adaptation au sein de Ferrari. Il espère que cela lui permettra de remporter sa première victoire avant la fin de la saison.

Le bilan à mi-saison est très positif pour Charles Leclerc puisqu'il est déjà monté sur cinq podiums, dont quatre lors des quatre dernières courses. Surtout il est passé très près de la victoire à Bahreïn mais il fut trahi par sa mécanique dans les derniers tours.

Si le pilote monégasque n'évoque plus cette mésaventure, il estime que deux courses en particulier ont été des tournants pour sa saison. La première fut quasiment sa deuxième course à domicile puisque Le Castellet est à proximité immédiate de sa Principauté natale. Mais surtout, c'est à partir de ce moment que la SF-90 correspondait davantage à son style de pilotage : "Jusqu'à la France, c'est moi m'adaptais à la voiture. Depuis la France, nous avons travaillé pour que la voiture corresponde davantage à mon style de pilotage, ce qui m'a grandement aidé."

S'il a donc attendu un tiers de la saison avant d'avoir une voiture en adéquation avec son style, c'est qu'il n'a pas voulu arrivé en conquérant à Maranello alors qu'il ne s'agissait que de sa deuxième saison dans la catégorie : "Lorsque vous arrivez dans une aussi grosse équipe que Ferrari, vous pouvez être intimidé. En tout cas, je l'ai été. Je ne me voyais pas dire : "Je veux ci, je veux ça." Ce n'est pas comme cela que je voulais débuter ma relation avec l'équipe." Cette marque de maturité n'a pu lui faire que gagner des points en interne alors que l'équipe avait fait savoir en début de saison que s'il fallait choisir, c'était Sebastian Vettel qui aurait le statut de numéro 1. Désormais, les choses ne sont plus aussi claires puisque le quadruple champion du monde n'a que trois points d'avance sur son coéquipier.

Charles Leclerc, tout sourire pour ses débuts chez Ferrari
Charles Leclerc, tout sourire pour ses débuts chez Ferrari

Charles Leclerc, tout sourire pour ses débuts chez Ferrari

L'autre étape-clé est évidemment l'Autriche où il est une nouvelle fois passé très proche de la victoire mais en fut privé par le retour de Max Verstappen et un dépassement viril mais correct du Batave dans les derniers tours de la course. A l'époque, le jeune pilote avait eu du mal à cacher sa déception mais en a tiré des enseignements : "L'Autriche a été un tournant. J'ai compris que les commissaires étaient un peu plus tolérants, ce qui est une bonne chose. C'est bien pour les pilotes, bien pour le spectacle. Je me suis donc adapté à partir de la course suivante et j'entends garder le même niveau d'agressivité jusqu'à la fin de la saison." On a ainsi pu assister à une magnifique bagarre avec le même Max Verstappen pendant une bonne partie de la course, dont le pilote Ferrari est cette fois sorti vainqueur.

Ces performances ne sont pas passées inaperçues dans le paddock, à commencer par Lewis Hamilton, le leader du championnat. Celui-ci a ainsi déclaré dans le paddock d'Hockenheim : "Charles n'est que dans sa deuxième saison. Il va donc être de plus en plus fort et nous avons déjà vu de très belles performances. Il est clairement celui qu'il faut suivre. Est-ce que Ferrari réussira à rattraper le rythme ? Je ne sais pas, ils ont eu des hauts et des bas."

S'il ne fait "pas une obsession" de sa première victoire en F1, c'est clairement son objectif d'ici la fin de la saison. En tout état de cause, il va vivre un week-end allemand quelque peu particulier puisque son petit frère Arthur sera également présent en F4. Les deux frères ont ainsi parcouru ensemble le traditionnel tour de reconnaissance du jeudi.

De notre envoyé spécial à Hockenheim

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article