Exclusif : plongée au coeur du laboratoire d'ExxonMobil chez Red Bull

Publié le par Matthieu Piccon

Le carburant et les lubrifiants jouent un rôle essentiel dans la performance d'une voiture. C'est encore plus vrai en F1. Nous avons ainsi pu visiter en exclusivité le laboratoire qu'ExxonMobil a installé dans le garage de Red Bull qui a vu les deux partenaires remporter une nouvelle victoire.

Pour cette interview, il faut montrer patte blanche. En effet, Dario Izzo, le conseiller technique d'ExxonMobil pour Red Bull, nous reçoit dans son jardin secret, le laboratoire que la compagnie pétrolière a installé en plein cœur du garage de l'équipe. C'est là qu'il réalise l'ensemble de ses tests sur les produits fournis à l'équipe. Il s'assure ainsi qu'il n'y a pas eu de pollution lors du transport et que les produits correspondent bien à la définition homologuée par la FIA.

Dès que le moteur se met à tourner, l'huile Mobil 1 se noircit avec les éléments issus des 400 pièces qui composent le moteur. Dario Izzo voit donc s'afficher les teneurs en particules mécaniques, avec chaque ligne correspondant à un métal en particulier.

Ses analyses peuvent se révéler essentielles pour le bon fonctionnement de la monoplace. Il se rappelle ainsi le rôle crucial qu'il a joué dans l'ombre du Grand Prix de Chine 2018 : "Lors des EL3, Daniel Ricciardo a eu un problème mécanique. L'équipe avait ainsi besoin d'identifier quelle était la source du problème pour pouvoir participer à la qualification. J'ai réalisé une analyse, qui a révélé une hausse de la teneur en métaux caractéristiques du turbo. C'est donc là dessus que l'équipe s'est concentrée et Daniel a été en mesure de participer aux qualifications à une minute près. Le dimanche, il a remporté la course !" C'est évidemment sa plus grande satisfaction éprouvée dans ce rôle éprouvant.

Dario Izzo est au coeur du garage de Red Bull
Dario Izzo est au coeur du garage de Red Bull
Dario Izzo est au coeur du garage de Red Bull
Dario Izzo est au coeur du garage de Red Bull

Dario Izzo est au coeur du garage de Red Bull

Le conseiller italien a également vécu de l'intérieur le changement de motoriste, de Renault à Honda. Cela a eu un impact sur son travail au quotidien puisque les méthodes de travail entre les deux motoristes ne sont pas les mêmes : "Déjà, je ne parle pas japonais (rires). Ensuite, Renault imposait que je réalise une analyse à chaque fois que la voiture revenait aux stands, je pouvais donc me retrouver avec des échantillons partout dans le laboratoire. Avec Honda, ils ne demandent de ne faire des analyses qu'une fois par séance."

La transition entre les deux motoristes s'est d'autant mieux passée qu'ExxonMobil connaissait déjà le fonctionnement d'Honda de par leur collaboration croisée chez McLaren. La compagnie américaine a ainsi vécu une relation de 21 saisons avec l'équipe de Woking avant de passer chez Red Bull au début de la saison 2017.

David Tsurusaki, le directeur technique dédié aux sports automobiles d'ExxonMobil, ne manque ainsi pas d'égratigner Renault : "Plus vite, nous recevons les données, plus de progrès nous pouvons faire. C'est la principale différence par rapport à avant. A la fin de la saison dernière, pour préparer cette saison, nous avons testé 36 variations de lubrifiants et 40 variantes de carburants. Avant, nous ne pouvions en faire beaucoup moins parce que cela prenait trop de temps à Renault d'effectuer les tests et nous renvoyer les données."

Pour illustrer ces différences, Dario Izzo a une anecdote : "L'an dernier, nous avons été en mesure de monter la version 3 du moteur Renault alors que Renault n'a pas pu le faire. La raison est que nous avons été en mesure de réaliser une nouvelle variante du carburant Esso Energy pour correspondre à cette version moteur alors que le fournisseur de Renault n'y est pas parvenu."

Le fait que les deux écuries appartenant à Red Bull disposent du même motoriste permet également de croiser les informations entre les deux équipes. Ainsi Dario Izzo échange fréquemment des informations avec son homologue chez Toro Rosso, Sean Dunnett.

Mais il est peu de dire qu'ils avaient un grand sourire dimanche soir lorsque Max Verstappen a franchi la ligne d'arrivée en première position ! La joie était d'autant plus importante dans le clan Red Bull que Toro Rosso était en mesure de faire monter Daniil Kvyat sur la troisième marche du podium.

De notre envoyé spécial à Hockenheim

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article