Anthoine Hubert poursuit sa moisson à Monza

Publié le par Matthieu Piccon

Dans des conditions difficiles, Anthoine Hubert a connu un week-end en demi-teinte, avec un nouveau podium le samedi mais une disqualification pour non conformité de sa voiture le dimanche. Il augmente malgré tout son avance au championnat.

Une semaine après deux nouveaux podiums en Belgique, Anthoine Hubert entendait bien poursuivre sa belle série de quatre trophées consécutifs. Mais la météo italienne a décidé de contrarier les plans du plateau de GP3 puisqu'un déluge a accueilli les concurrents le vendredi matin, ce qui a conduit à l'annulation de la séance de l'unique séance d'essais libres.

Une situation loin d'être idéale mais connue par Anthoine Hubert, qui avait déjà connu un week-end perturbé l'an dernier. C'était d'autant plus contrariant que ce n'est pas un circuit sur lequel il a beaucoup roulé, comme il nous l'a confié en exclusivité : "Je n'ai roulé ici que l'an dernier et encore nous avions eu une course annulée. Donc on ne peut pas dire que ça soit un circuit que je connaisse parfaitement."

La préparation du plateau a été d'autant moins idéale que la météo locale annonçait des pluies jusqu'à quatre fois pire dans l'après-midi, ce qui voulait laisser penser que les qualifications seraient elles aussi annulées. Mais finalement, le ciel s'est quelque peu éclairci et il a été décrété que la dite séance serait précédée d'une séance d'essais libres raccourcie à dix petites minutes pour permettre aux pilotes de s'acclimater avec une piste encore largement humide : "Franchement, en deux tours, c'est dur d'avoir toute la confiance nécessaire mais les conditions étaient les mêmes pour tout le monde."

Et ces conditions n'ont pas décidé de faciliter la tâche aux pilotes, avec des apparitions de pluie par intermittence. Les premiers tours étaient donc loin d'être les plus rapides. Cependant, une accalmie a eu lieu dans les derniers instants de la séance, ce qui nécessitait de faire un dernier tour sans erreur : "Lors des deux premiers gros freinages, j'y suis allé très prudemment car même si je ne voyais plus de pluie sur ma visière, je ne savais pas si la piste était sèche ou pas. Je n'ai donc pas tout donné." Force est de constater que même s'il était sur la réserve, le temps signé par le pilote ART Grand Prix était très bon puisque cela l'a propulsé brièvement en tête, avant que David Beckman signe sa seconde pole position consécutive.

Mais contrairement à Spa-Francorchamps, où une même seconde place l'avait laissé sur sa faim, Anthoine Hubert se satisfaisait largement de ce résultat : "Je n'avais qu'un tour pour faire un temps. Si j'avais fait une erreur ou si j'avais dû arrêter ma tentative, j'aurais fini 16 ou 17ème ! Donc je peux m'estimer satisfait de ma performance."

Sa satisfaction s'est poursuivie le lendemain matin lorsqu'il fut en mesure de signer un très bon départ malgré une piste trempée et des pneus adaptés à ces conditions précaires. Mais Leo Pulcini fut en mesure de faire encore mieux et de se positionner à sa hauteur au moment d'arriver au freinage de la première chicane. S'en est suivi une longue file de pilotes, dont celui de la voiture numéro 2, faisant un tout droit par la zone de dégagements.

Ressorti sans dommage sur sa voiture mais en troisième position, le natif de Lyon s'est alors attaché à reprendre son bien, chose faite dès le prochain passage sur la ligne de départ. Le reste de la course fut alors passée à tenter de suivre le rythme de David Beckmann mais celui-ci était en mesure de parfaitement gérer l'écart et il ne fut jamais motivé : "J'ai eu beaucoup attaquer toute la course, je n'ai pas réussi à le menacer. Mais ça fait un beau podium supplémentaire." concluait-il.

Le lendemain, en s'élançant sur une piste enfin parfaitement sèche, il savait que la gestion des DRS serait primordial sur une piste où l'aspiration joue un rôle énorme. Une nouvelle fois, il réussit un départ de toute beauté, lui permettant de rapidement remonté depuis sa 7ème position sur la grille. La lutte entre les différents pilotes ART fut très serrée puisque Nikita Mazepin et Anthoine Hubert se heurtèrent au premier virage, sans que cela ait de conséquences sur le comportement des deux voitures.

A l'issue de la voiture de sécurité provoquée par l'accrochage entre Juan Manuel Correa et Gabriel Aubry, le leader du championnat portait une attaque sur Richard Verschoor, ce qui le plaçait donc une nouvelle fois en position de finir sur le podium : "A ce moment-là, je me dis que je peux faire quelque chose de très bien. Au pire, c'est un podium mais je visais clairement la victoire." Il devait alors se défaire des deux pilotes Trident, Giuliano Alesi et Pedro Piquet.

Cependant, les choses ne sont pas passées comme prévu et la dégradation de ses gommes a permis à Callum Ilott de le passer et ainsi le priver d'un sixième podium consécutif. Si le Britannique pensait alors avoir réduit l'écart de deux unités, il n'en fut rien puisque l'inspection d'après-course a révélé une non-conformité de la pression de la gomme arrière gauche. Il en fut de même sur la voiture d'Anthoine Hubert : "Si j'avais été le seul à être disqualifié, ça aurait pu avoir de grosses conséquences au championnat. Mais là je ne m'en sors pas trop mal." En effet, s'il compte désormais 29 points d'avance au championnat, il a désormais affaire à deux concurrents avec le même nombre de points puisque Nikita Mazepin se replace en seconde position, grâce à son plus grand nombre de victoires.

La lutte à trois pour la couronne reprendra donc dans trois semaines lorsque le paddock du GP3 fera le déplacement au bord de la Mer Noire, à Sotchi, pour l'avant-dernier rendez-vous de la saison. Une piste sur laquelle il n'a jamais roulé mais qu'il va pouvoir découvrir avec des séances de simulateur de son équipe.

Anthoine Hubert a poté son avance au championnat à 29 points

Anthoine Hubert a poté son avance au championnat à 29 points

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article