Un week-end peu ordinaire pour Lando Norris à Spa-Francorchamps

Publié le par Matthieu Piccon

C'est un week-end dont Lando Norris va se souvenir : il a participé à sa première séance officielle lors d'un week-end de course en F1 avec McLaren tout en signant un podium en F2. Et il en redemande.

Le programme traditionnel de Lando Norris a quelque peu changé lors du week-end de Spa-Francorchamps. Ainsi ses premiers tours de roues sur le circuit belge n'ont pas été au volant de sa Carlin de F2 mais bien la McLaren de Fernando Alonso !

Pour la première fois, il a ainsi été en mesure de participer à une séance officielle et non pas seulement les séances réservées aux jeunes pilotes, comme cela avait pu être le cas après le Grand Prix d'Hongrie. S'il connaissait donc déjà le fonctionnement de la MCL33, en prendre le volant dans un tel contexte change quelque peu l'approche du pilote, comme il a pu nous le confier lors d'un tête-à-tête : "En tant que pilote, on se met plus de pression. Lorsque vous êtes comme à Budapest, si vous faites une petite erreur ou un petit blocage de pneumatiques, ce n'est pas très grave. Ici c'est là que ça compte. Il faut davantage se concentrer sur tout ce qu'on fait dans la voiture, se forcer à ne pas faire les petites erreurs." La séance a d'autant plus d'importances que les éléments testés ont un impact direct sur le reste du week-end de l'équipe.

Evidemment, cette séance n'était pas simplement un cadeau de McLaren mais bien une séance d'évaluation en conditions réelles en vue d'une éventuelle titularisation l'an prochain. On l'a ainsi rapidement entendu demander comment il était par rapport à Stoffel Vandoorne, dont le siège n'est pas encore assuré pour l'an prochain.

Cependant, le Britannique a tenu préciser qu'il ne s'agissait pas d'établir une comparaison des temps avec le pilote qu'il cherche à remplacer mais "simplement" de voir si sa montée en rythme était comparable à un pilote titulaire : "Même si vous avez 1h30, vous n'avez que trois vrais relais. C'est plus facile pour quelqu'un qui fait ça tous les week-ends en F1 de connaitre les limites dès le premier relais. Il est donc important pour tout pilote d'avoir les points de référence de son coéquipier." L'idée est de pouvoir en tirer des enseignements en vue du relais suivant.

Cette expérience nouvelle va se répéter très prochainement puisqu'il est d'ores et déjà prévu qu'il soit de nouveau au volant d'une McLaren ce vendredi, à Monza. Mais cette fois-ci, il sera dans la voiture de Stoffel Vandoorne. Une nouvelle fois, le jeune homme se refuse à y voir autre chose qu'une équité parfaite entre les deux titulaires : "Si je conduisais la voiture du même pilote, il ne serait pas forcément content. Donc pour que McLaren me fasse rouler en EL1, il faut que cela soit juste pour les deux pilotes."

Lando Norris a eu un week-end très chargé en Belgique
Lando Norris a eu un week-end très chargé en Belgique
Lando Norris a eu un week-end très chargé en Belgique

Lando Norris a eu un week-end très chargé en Belgique

En Italie, le champion d'Europe F3 va donc se retrouver dans la même situation quelque peu inconfortable d'enchaîner la première séance d'essais libres en F1 avec l'unique de F2. Avec seulement 15 minutes entre les deux séances, la période de réacclimatation n'est pas évidente. Au point qu'il lui a quasiment fallu toute la séance pour se remettre dans le rythme de son championnat principal : "C'est dur ! Cela fait bizarre ! Le son est différent, la position de conduite n'est pas la même, il n'y a pas de direction assistée en F2... Le sentiment de vitesse est très important et là tout est différent. Tous les points de freinage sont complètement différents. C'est difficile mais je préfère refaire une séance d'essais libres en F1 qu'être un dixième plus rapide en qualifications de F2."

S'il fut en mesure de signer le cinquième temps des qualifications, il fut en mesure de gagner une place au classement au terme de la première course du week-end. Par contre, lors de la seconde course, il fut en mesure de réaliser une excellente opération en s'emparant de la deuxième place aux dépens de Nyck de Vries, dont les pneus étaient arrivés en bout de vie : "Ca a probablement été mon tour le plus de tout le week-end car je suis parti en survirage dans le Raidillon, ai réussi à dépasser Nyck mais j'ai ensuite dû faire tout ce que je pouvais pour me défendre face à Alexander (Albon), qui avait des pneus beaucoup plus frais que les miens."

C'est un bon résumé de la constance qui a caractérisé sa saison jusqu'à présent. Ainsi s'il compte trois victoires de moins que George Russell, il présente une remarquable capacité à marquer des points régulièrement, ce qui lui permet de repartir de Spa avec seulement cinq points de retard sur son rival.

Il effectue ainsi une analyse croisée entre ses propres résultats et ceux de son rival : "George a eu des week-ends où il était vraiment très bon et d'autres où il a eu des problèmes ou moins bon alors que j'ai globalement toujours été dans le top 5. C'est juste deux façons de gérer le championnat de manière différente. Mais cela n'empêche pas que je veux plus de victoires d'ici la fin de la saison !" conclue-t-il avec un grand sourire.

Il n'aura pas long à attendre avant de reprendre les hostilités, tant en F1 qu'en F2.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article