Manor et DragonSpeed rejoignent le LMP1 en 2018-2019

Publié le par Matthieu Piccon

Alors que l'avenir du WEC est en question, notamment par rapport à l'implication des constructeurs, deux équipes viennent d'annoncer qu'elles seraient en LMP1 privées l'an prochain : Manor et DragonSpeed.

Début septembre, la FIA et l'ACO ont dévoilé leur intention d'avoir une "super-saison" sur 2018-2019, avec deux éditions des 24 heures du Mans, afin de faciliter la transition vers un format de championnat qui culminera avec les 24 heures du Mans en fin de saison, et non en plein milieu comme c'était le cas jusqu'à présent.

Les organisateurs ont ainsi été obligés de revoir leur copie après la désertion des marques du groupe Volkswagen, Audi et Porsche, engluées dans les conséquences financières du DIeselgate et le focus mis sur le développement de l'électrique. L'objectif affiché était clairement de faire venir de nouvelles équipes en LMP1 mais avec une équivalence de technologie pour  que seuls les constructeurs s'alignent en hybride tandis que les équipes privées utiliseraient des moteurs thermiques traditionnels.

Le pas vient ainsi d'être franchies avec les annonces successives de DragonSpeed et Manor de leur intention de rejoindre cette catégorie dès l'an prochain. Ces deux équipes apportent des garanties sérieuses puisque DragonSpeed vient de remporter le championnat en European Le Mans Series en LMP2.

Elton Julian, le directeur de l'équipe américaine, pointe ainsi la diversité que va retrouver le LMP1 la saison prochaine : "Je me rappelle de 2005 lorsque j'ai piloté pour la première fois au Mans. Il y avait une seule équipe Constructeurs avec Audi avec de nombreuses équipes privées qui alignaient six châssis différents et quatre moteurs. En fait, la pole avait été signée par une équipe privée. Si Toyota continue, et nous espérons tous qu'ils le ferons, je pense que les prochaines années peuvent ramener cette diversité et la tradition d'avoir des équipes privées qui seront vraiment compétitives dans la plus haute des catégories."

Si DragonSpeed a ainsi dévoilé son arrivée, elle travaille encore sur ses partenaires châssis et moteurs qui seront utilisés. A l'inverse, Manor, en LMP2 depuis deux saisons, a révélé qui serait son châssis. Il sera fourni par Ginetta. Il ne reste donc qu'une inconnue quant à son motoriste. L'équipe britannique pourra s'appuyer sur l'expertise de ses dirigeants, John Booth et Graeam Lowdon, qui présidaient l'équipe du même nom en F1, comme le commente ce dernier : "Je pense que la catégorie LMP1 nous offre un challenge fantastique mais nous pouvons nous appuyer sur l'expérience acquise ces dernières années, en particulier en Formule 1, quant à la gestion du design, des essais et des processus de développement, qui sont si importants pour une équipe de LMP1 qui veut le succès."

La grande question reste donc de savoir quelle sera la décision de Toyota. L'équipe dit attendre la définition finale de la réglementation technique de la saison prochaine, notamment sur la fameuse Équivalence de technologie, avant de prendre une décision. Si les différents indicateurs semblent actuellement au vert, il n'y a pas encore eu de validation définitive en provenance de Cologne ou de Toyota City.

Publié dans WEC, Manor, DragonSpeed, Toyota

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article