La FIA lève le voile sur les moteurs de F1 de 2021

Publié le par Matthieu Piccon

La FIA a dévoilé les grandes lignes des moteurs de F1 à partir de la saison 2021 : ils resteront hybrides mais seront plus bruyants pour répondre aux demandes des fans.

Les sports automobiles, comme l'industrie automobile, traverse une grande période de changements et chaque discipline se doit de rester attractive pour les différentes parties concernées. La F1 ne fait pas exception à la règle alors que la Formule E séduit de plus en plus de constructeurs et que le WEC doit se réinventer après l'exode des marques du groupe Volkswagen.

Afin de donner une vision de long terme et orienter les investissements des motoristes vers la F1, la FIA a donc dévoilé ses plans pour la prochaine génération de moteurs, à savoir à partir de la saison 2021, comme l'explique Ross Brawn, le directeur sportif de Liberty Media : "Nous avons fait attention à ce que les fans pensent des unités de puissance actuelles et ce qu'ils voudraient voir dans le futur proche afin de mettre au point une réglementation avec des moteurs plus simples, moins chers et plus bruyants. Elle doit permettre de faire venir en Formule 1 de nouveaux constructeurs en tant que motoristes tout en obtenant un niveau de compétitivité homogène."

Le mot d'ordre est donc l'évolution plutôt que la révolution. Ainsi l'architecture générale du moteur en tant que tel va rester stable avec un moteur V6 1,6l hybride mais plusieurs changements seront apportés. Le premier est que le régime maximal sera augmenté de 3000 tours/minute afin qu'ils soient davantage bruyants, une demande générale de la génération de fans bercés par les bruits assourdissants des V12, V10 et autres V8.

L'un des principaux points de faiblesse des moteurs actuels, à savoir le MGU-H, qui récupère l'énergie dégagée par la chaleur des turbos, sera lui supprimé. Cela s'inscrit dans la volonté du sport de rester un laboratoire à grande échelle pour les constructeurs. Or cette technologie n'est jamais utilisée sur les véhicules de série et n'intéresse donc pas les constructeurs.

A l'inverse, le MGU-K, alimenté par l'énergie cinétique dégagée au freinage et utilisé sur les véhicules hybrides du monde entier, va lui être renforcé et plus puissant. Il est également prévu que les pilotes seront désormais en mesure de stocker l'énergie de cet élément sur plusieurs tours afin de dégager un surcroit de puissance à un moment choisi. A n'en pas douter, le muret des stands apportera une aide non négligeable dans ce choix stratégique.

Pour limiter le coût des développements, il est prévu de standardiser le stockage de l'énergie et l'électronique associée. De même, il est prévu que le design extérieur soit très proche entre les différentes solutions retenues afin qu'il soit beaucoup plus aisé pour une équipe de changer d'un motoriste à l'autre, avec moins d'impact sur l'association moteur/châssis/transmission.

Mais d'ici à l'introduction de des nouveaux moteurs, il reste encore trois saisons complètes à disputer. C'est pourquoi la FIA a également fait savoir que les discussions vont se poursuivre entre les motoristes actuels et les potentiels intéressés et que la définition finale de ces nouveaux moteurs ne serait établie qu'à la fin de la saison prochaine pour que les développements se poursuivent sur la génération actuelle.

C'est donc une première étape de franchie pour l'avenir de la discipline. Mais l'un des angles majeurs indissociables de la réglementation technique est l'équation financière pour les  équipes. Ces négociations ne vont pas tarder à commencer puisque les Accords Concorde actuels prennent également fin à l'issue de la saison 2020.

L'avenir de la F1 est désormais tracé

L'avenir de la F1 est désormais tracé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article