Renault réalise un essai avec Sergey Sirotkin et Robert Kubica

Publié le par Matthieu Piccon

Six ans après son grave accident en rallye, Robert Kubica a repris le volant d'une F1, grâce à un essai avec Renault. L'équipe française a également fait rouler Sergey Sirotkin, ce qui pourrait montrer que la place de Jolyon Palmer est plus que jamais menacée.

Voici l'une des pertes les plus importantes du plateau de F1 de la dernière décennie. Promis à une grande carrière, la trajectoire de Robert Kubica s'est arrêtée net dans un virage dans un rallye en Italie lorsque le Polonais s'est fracturé la main et le coude à la suite d'un accident.

Si le Polonais s'est ensuite tourné vers d'autres catégories à défaut de pouvoir remonter dans le baquet d'une F1 en compétition, il n'en a jamais totalement perdu l'espoir de revenir. Une première étape a été franchie aujourd'hui avec l'essai d'une Lotus E20 de 2012 sur le circuit de Valencia, organisé par Renault.

Si l'équipe n'avait effectué aucune communication en préalable, cet essai est loin d'être anodin puisqu'elle a également convié son pilote-réserve, Sergey Sirotkin. Ainsi Alan Permane, le directeur technique de l'équipe, a tout de même précisé que cette séance était d'abord prévue pour le pilote-réserve : "C'était un événement ponctuel pour Robert. Sa collaboration avec Renault a été écourtée brutalement, alors que nous lui percevions un bel avenir. L'équipe était à Valence avec Sergey Sirotkin, c'était l'occasion parfaite pour proposer à Robert une journée dans la voiture et contribuer à notre façon à son rétablissement."

Cela a donc permis de comparer directement les deux pilotes danse exactement les mêmes circonstances. Selon notre confrère de l'Equipe, cet essai aurait ainsi tourné en faveur du Polonais et non du Russe, ce qui ne peut qu'alimenter les regrets du pilote : "Mes sentiments sont partagés : je suis fier de ce que j'ai fait aujourd'hui, mais cela me rappelle à côté de quoi je suis passé. Je ne sais pas ce que le futur m'apportera, mais je sais qu'après plus d'un an de préparation pour ce moment, j'ai pu piloter avec un bon rythme et dans des conditions difficiles. Ce n'était pas évident après six ans, je savais que je pouvais y arriver et je peux être satisfait. Renault a été le premier constructeur à me tester en 2005 et j'ai apprécié cette nouvelle opportunité."

Les 115 tours bouclés aujourd'hui pour Robert Kubica pourraient ainsi n'être qu'un préambule à un retour que beaucoup avaient estimé impossible depuis bien longtemps. En tout cas, l'équipe n'a pas caché sa satisfaction mutuelle par rapport à cet essai privé...

Ainsi Alan Permane, le directeur technique de l'équipe, a ainsi déclaré : "La journée s'est très bien passée. Nous avons essayé de condenser un week-end de Grand Prix en une seule journée, ce qui était très intéressant pour lui. Robert a un peu changé, il s'est adouci et il n'insiste plus autant lorsqu'il a une question sur le plus infime détail des réglages de sa voiture ! Mais ses commentaires et son retour technique nous ont tous rajeunis de quelques années ! Cela n'avait rien d'évident de remonter dans une F1 après six ans et c'est une belle performance."

C'est donc que les réflexions sont intenses autour de l'avenir de Jolyon Palmer, plus que jamais sur la sellette, après un début de saison loin des ambitions affichées par l'équipe. Ainsi alors que Nico Hülkenberg s'est classé dans les points lors de trois des six courses disputées, le meilleur résultat de Jolyon Palmer reste une 11ème place sur le circuit atypique de Monaco. Depuis ses débuts l'an dernier, il n'est rentré qu'une seule fois dans les points alors que ses coéquipiers respectifs ont marqué 21 points dans le même intervalle.

Robert Kubica a regouter aux joies du pilotage d'une F1

Robert Kubica a regouter aux joies du pilotage d'une F1

Commenter cet article