Chase Carey estime que la F1 ne progressait pas assez pour conserver Bernie Ecclestone

Publié le par Matthieu Piccon

Pour Chase Carey, la principale raison du départ de Bernie Ecclestone est que la F1 n'a pas connu une croissance assez forte au cours des dernières années. Il estime ainsi qu'un changement de management est essentiel pour relancer la croissance des revenus et des bénéfices.

La F1 telle que nous la connaissons aujourd'hui a été façonnée par Bernie Ecclestone au cours des 40 dernières années. Mais c'est justement pour cette raison qu'une nouvelle dynamique doit être mise en place.

En effet, le sport est désormais arrivé à un point où sa base est de plus en plus vieillissante, avec des difficultés pour attirer de nouveaux fans. L'une des principales raisons est la quasi-absence de promotion du sport en dehors des chaines qui diffusent la course. Pour comprendre cet état de fait, il faut s'intéresser au modèle économique actuel de la F1.

La répartition des revenus mise en place par Bernie Ecclestone qui prévoit que la FOM conserve tous les revenus à par la billetterie lors des courses. Cela signifie donc que le sport en tant que tel n'a aucun intérêt à promouvoir les courses sur place puisque le nombre de spectateurs sur les courses n'a pas d'impact sur son compte de résultat.

Cette promotion devrait être assurée par les circuits afin de rentabiliser l'investissement requis pour avoir le droit d'accueillir une course. Mais cette somme, notamment pour les courses européennes, est tellement élevé que les promoteurs n'ont souvent plus assez d'argent pour financer la publicité et la promotion de la course dans la ville et aux alentours.

Dans une interview accordée à Sky Sports News, Chase Carey, le nouveau PDG de la F1, a ainsi déclaré : "Nous avons ressenti qu'au cours des quatre ou dernières années, l'entreprise n'a pas progressé, le sport n'a pas progressé de tout son potentiel."

Ce constat arrive que la F1 est passée de plus en plus d'une diffusion gratuite à une diffusion payante, ce qui a eu le don d'énerver une partie significative de la base installée de fans sans pour autant attirer de nouveaux fans puisque ceux-ci sont beaucoup plus présents sur les réseaux sociaux que sur la télévision.

Alexander Wurz, à la tête du GPDA, l'association des pilotes, a ainsi été rapide à rappeler que le sondage lancé l'an dernier avait révélé que la F1 n'avait conquis que 0,3% de fans supplémentaires au cours des trois dernières années alors que le nombre de téléspectateurs a fortement décru, passant de 600 millions de téléspectateurs en 2008 à 400 en 2015 et 2016.

Les nouveaux actionnaires américains ont donc décidé de confier les responsabilités à de nouvelles personnes, à commencer par Ross Brawn et Sean Bratches : "Nous avons ressenti le besoin de mettre en place une nouvelle organisation afin d'être en mesure de faire progresser le sport dans le monde d'aujourd'hui, de la façon dont il a besoin de grandir et de travailler avec les partenaires que nous avons pour nous assurer de faire de ce sport ce qu'il peut et doit être pour les fans."

On peut ainsi se rappeler que le digital ne génère qu'1% des revenus de la F1 et qu'il a fallu attendre la saison 2016 pour voir de véritables efforts de diffusion de contenus en marge des épreuves.

Getty Images / Red Bull Content Pool - La F1 va continuer sans Bernie Ecclestone

Getty Images / Red Bull Content Pool - La F1 va continuer sans Bernie Ecclestone

Commenter cet article