Lancement de la Jules Bianchi Society

Publié le par Matthieu Piccon

A l'occasion du Grand Prix de Monaco, le voile a été levé sur l'association Jules Bianchi Society, qui vise à faire émerger de jeunes pilotes sans moyens financiers importants.

Les rues de Monaco resteront comme la scène du principal exploit de Jules Bianchi en Formule 1 : en 2014, il était parvenu à décrocher une magnifique 9ème place, qui était synonyme de points pour son équipe Marussia. Ils furent essentiels à la survie de l'équipe pendant l'intersaison suivante.

C'est donc naturellement dans ce cadre qu'il a été décidé d'annoncer le lancement de l'association Jules Bianchi Society. La famille du défunt pilote a ainsi expliqué sa volonté de faire émerger de nouveaux talents à la seule force de leur talent : "La principale mission de l’association est de libérer le potentiel de chaque pilote en leur apportant l’aide financière nécessaire à leur carrière. L’objectif est aussi de les accompagner en leur faisant profiter d’un réseau fiable et efficace et de les guider tout au long de leur parcours."

Le package mis en place est ainsi significatif puisqu'il prévoit une dotation de 100.000 euros par saison et par pilote pour un programme de dix courses en championnat du monde ou d'Europe de karting.

L'objectif est d'accompagner au moins quatre pilotes pendant au moins trois saisons complètes. Au bout de ce parcours, il est prévu de pousser les meilleurs éléments vers les formules de promotion en monoplaces. L'association peut ainsi compter sur ses relations privilégiées, notamment avec la structure All Road Management de Nicolas Todt, dont faisait partie le jeune pilote.

Pour financer ce projet, l'association en appelle tant aux particuliers qui veulent honorer la mémoire d'un pilote promis à un brillant avenir qu'aux entreprises qui souhaitent apporter leur soutien à de jeunes pilotes prometteurs.

Une association pour honorer la mémoire d'un jeune espoir parti trop tôt

Une association pour honorer la mémoire d'un jeune espoir parti trop tôt

Commenter cet article