L'Azerbaidjan change encore d'horaires

Publié le par Matthieu Piccon

Pour la seconde fois, l'horaire de départ du Grand Prix d'Europe, qui aura lieu à Bakou, a été modifié. Si le départ est avancé, il n'entrera pas en conflit avec la fin des 24 heures du Mans.

Depuis la publication du calendrier de la saison 2016, une date attire l'oeil pour deux raisons. Il s'agit du 18 juin, date à laquelle le premier Grand Prix à Bakou aura lieu. Mais il s'agit également de la date de fin des 24 heures du Mans, ce qui a de facto empêché Nico Hülkenberg de prétendre à la défense de sa couronne mancelle.

Les promoteurs avaient alors décidé de changer l'horaire prévu du départ afin qu'il est lieu après 15 heures, heure française, afin de permettre aux fans de sports automobiles de suivre les deux événements, l'un à la suite de l'autre.

Mais c'était sans compter sans la décision des autorités locales de tout simplement annuler le passage à l'heure d'été. Avec un départ initialement prévu à 18 heures, heure locale, les pilotes auraient pu se retrouver dans la même situation qu'en Australie il y a quelques années, à savoir avec une fin de course disputée avec une visibilité de moins en moins importante.

Avec le nouvel horaire, de 17 heures, heure locale, permet donc de conserver le même horaire en Europe occidentale, à savoir 15 heures, ce qui préserve le non-conflit avec les 24 heures du Mans, comme l'explique Arif Rahimov, le directeur du circuit : "Après des discussions avec la FOM, nous sommes heureux de confirmer que cette nouvelle heure de départ a été décidée pour le plus grand intérêt des fans regardant la course sur notre circuit urbain qu'à la télévision, ainsi que pour les équipes et les pilotes. La décision d'avancer l'heure de départ d'une heure va éviter tout soucis aux pilotes de devoir gérer une luminosité de plus en plus faible tout en permettant aux fans regardant la course à la maison de passer directement de la fin des 24 heures du Mans à la première course de F1 disputée dans notre spectaculaire ville."

Mais cette annonce intervient alors que le pays est plongé depuis des mois dans une grave crise financière et monétaire, en raisons de la chute du cours du pétrole, essentiel pour l'économie locale. De plus, l'armée locale est en conflit ouvert avec son homologue d'Arménie autour d'une région indépendantiste dans l'Est du pays.

Dans un tel contexte, on comprend à quel point il est important pour la visibilité du pays d'apparaitre sous le meilleur jour possible. Le gain en image pour la F1 est, par contre, bien plus contestable...

Arif Rahimov promeut déjà sa course dans le paddock

Arif Rahimov promeut déjà sa course dans le paddock

Commenter cet article