Honda ne veut pas recruter à l'extérieur

Publié le par Matthieu Piccon

Honda entend poursuivre en interne le développement de son programme en F1 et se refuse à recruter des ingénieurs à l'extérieur, malgré les demandes de McLaren.

Après une saison 2015 catastrophique, McLaren et Honda sont bien décidés à remonter la hiérarchie de la Formule 1. Néanmoins, le motoriste japonais n'est pas prêt à le faire à n'importe quel prix et entend préserver son modèle, qui consiste à tout faire en interne.

Yasuhisa Arai, le responsable du programme F1 de Honda, reconnait ainsi dans les colonnes du journal japonais Nikkei que la première partie de la saison a été perdue car ses ingénieurs avaient du mal à identifier les problèmes techniques de leur unité de puissance : "Jusqu'au Grand Prix d'Espagne en mai, c'était comme jouer au jeu de la taupe : à chaque fois que nous résolvions un problème, un autre arrivait. Nous avons ressenti les effets de notre absence de course automobile de sept ans. Même si nous reconnaissions les problèmes technologiques, nous avions du mal à en trouver rapidement les causes et les mesures à mettre en place pour les résoudres et réaliser les ajustements nécessaires."

L'une des principales raisons de ce manque de réactivité est qu'une majorité de son personnel découvrait la F1 : "Même si nous ne rendons pas public le nombre de personnes impliquées dans notre équipe de F1, environ la moitié était nouvelle dans ce secteur. Nous avons souffert de ce que les athlètes appellent le manque de compétition."

Dans ces conditions, une solution souvent utilisée en Formule Un est de faire venir les ressources de l'extérieur, souvent à travers des ponts d'or afin d'acquérir rapidement l'expertise nécessaire : "Nous avons discuté de nos problèmes en tête-à-tête avec McLaren. Au cours de l'été dernier, ils nous ont demandé si nous avions suffisamment de ressources et pourquoi nous faisions tout exclusivement en interne. Ils nous ont également demandé de recruter du personnel extérieur, ce qui est une chose naturelle de leur point de vue à cause de la forte mobilité des emplois en Europe."

Mais ce n'est pas dans la philosophie japonaise d'Honda, qui consiste à faire monter en puissance son propre personnel afin de miser sur le long terme : "Nous avons expliqué qu'Honda a une philosophie différente. Il est important de faire progresser nos propres ressources humaines. Ce n'est pas acceptable pour nous de faire venir un ingénieur extérieur, qui va rester seulement trois ou six mois."

Reste donc à voir combien de temps une telle position pourra être acceptée par McLaren alors que des impératifs de performance vont rapidement faire sentir, notamment pour conserver leurs deux champions du monde, Fernando Alonso et Jenson Button.

On touche ainsi là à une différence fondamentale entre l'approche anglo-saxone et celle japonaise. Pour les Anglo-saxons, il s'agit de gagner tout de suite, peu importe la manière alors que pour les Japonais, il s'agit avant tout de gagner un jour, en ayant suivi un développement réalisé en interne, sur ses propres forces.

Il n'y a pas que des sourires dans la relation entre McLaren et Honda

Il n'y a pas que des sourires dans la relation entre McLaren et Honda

Publié dans Honda, McLaren, Yasuhisa Arai

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article