Toto Wolff s'inquiète de l'impact d'une saison à 21 courses

Publié le par Matthieu Piccon

La F1 s'apprête à vivre sa plus longue saison de son histoire, avec pas moins de 21 courses prévues au calendrier. Toto Wolff estime que Mercedes pourrait envoyer certains membres de son équipe que sur certaines courses.

Si les essais privés d'équipes en cours de saison ont été limités aux séances officielles prévues par la FIA, l'une des principales raisons était la réduction des coûts. Cela permettait ainsi aux équipes de ne plus avoir des équipes dédiées aux seuls essais privés.

Mais avec un calendrier comptant désormais 21 courses disputées aux quatre coins du globe, les contraintes du passé commencent à se faire ressentir de nouveau. Cela inquiète les directeurs d'équipe, à commencer par celui de Mercedes, Toto Wolff. Celui-ci l'a ainsi déclaré à Autosport : "Nous devons faire attention avec l'organisation car avec 19 courses, nous avons vu les limites mentales et physiques de l'équipe. Donc nous envisageons différents concepts pour voir comment survivre à 21 courses parce que je ne suis pas certain que nous pourrons faire face à 21 courses avec la structure actuelle. Nous regardons comment nous pouvons optimiser les voyages, le décalage horaire, le repos et peut être avoir une seconde équipe pour les gars qui travaillent très dur."

Mais cette possibilité d'une seconde équipe, mise en place dans d'autres disciplines comme ne Nascar et ses 36 courses par an, ne peut être appliquée à l'ensemble des postes puisque certaines fonctions ne peuvent être confiées à différentes personnes : "Il y a beaucoup de personnes que vous ne pouvez pas vraiment échanger parce qu'elles sont les meilleures. C'est particulièrement difficile à la fin de l'année avec toutes ses courses lointaines. Cela devient très dur. Je veux simplement protéger l'équipe, protéger les personnes. Nous devons voir ce que nous pouvons faire pour être les plus efficaces mais que cela reste gérable."

Néanmoins, les contraintes sur le personnel ont commencé avant même le début de la saison, en partie à cause de la décision de la FOM et de la FIA de finalement avancer le début de saison de deux semaines, de début avril à mi-mars. Cette décision prise seulement en septembre a contraint toutes les équipes à revoir leur calendrier pour la préparation de leur nouvelle voiture.

Pour une équipe comme McLaren, déterminée à ne pas revivre la saison catastrophique de la saison dernière, la seule possibilité a été de ne pas prendre la traditionnelle pause entre Noel et le jour de l'an, comme l'a expliqué Simon Roberts, le directeur des opérations de l'équipe, à Pitpass : "Nous avons environ huit équipes qui travaillent sur un programme de cinq jours. Au total, nous avons 110 personnes impliquées et nous avons pris soin de ceux qui ont travaillé à Noel avec un package très compétitif. Nous avons eu un très bon retour. Les gens ont eu l'air d'apprécier. C'était un peu bizarre de ne pas avoir cette pause mais il y avait un bon état d'esprit. Tout le monde savait pourquoi ils le faisaient et cela a vraiment fonctionné."

Dans ces conditions, on comprend d'autant mieux que les récents propos de Jean Todt, qui estime qu'un calendrier de 21 courses est un privilège pour les parties prenantes, soient d'autant moins bien passés auprès de ces derniers. Maintenant reste à voir comment les organismes vont réagir à deux courses en une semaine, entre le Canada et l'Azerbaidjan...

Mercedes réfléchit à son organisation pour faire face à 21 courses

Mercedes réfléchit à son organisation pour faire face à 21 courses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article