Les moteurs hybrides sont confirmés jusqu'en 2020

Publié le par Matthieu Piccon

A la suite de la réunion du Groupe Stratégique, il a été de maintenir la réglementation moteur jusqu'en 2020, soit l'échéance initialement prévue.

Le monde de la Formule 1 peut avoir la mémoire courte. En effet, lorsque les nouvelles ont commencé à filtrer à propos de la réunion de Genève, de nombreux médias ont annoncé qu'il avait été décidé de conserver les moteurs hybrides jusqu'en 2020.

Mais il ne faut pas oublier que c'est précisément la date qui avait prévu lorsque la nouvelle réglementation technique a été introduite en 2014. Ainsi lors d'une interview exclusive accordée  à votre serviteur par le président de Renault Sport, Jean-Michel Jalinier, celui-ci avait bien confirmé que l'architecture V6 hybride était gelée pour les sept saisons à venir : "Sept ans, cela a été le résultat de discussions entre tout le monde, un accord que nous avons trouvé à la FIA. C’est notre intérêt, c’est l’intérêt des équipes d’amortir ce ticket d’entrée sur une période plus longue. C’est clairement l’intérêt de la FIA afin de stabiliser le sport et les coûts dans le sport. Je pense qu’il y a vraiment un intérêt commun de tout le monde de la stabilisation de ce ticket d’entrée."

C'est donc bien vers quoi nous nous dirigeons aujourd'hui : alors que la facture atteignait les 20 millions d'euros lors des deux dernières saisons, les motoristes se seraient désormais engagés à ce que la facture ne dépasse plus les 12 millions d'euros. Mais cette réduction ne serait effective qu'à partir de 2018, accompagnée d'une réduction du nombre de boites de vitesse autorisées à seulement trois par saison par pilote et par saison.

Les différents motoristes sont également parvenus à complètement écarter la menace d'un moteur alternatif que la FIA avait brandie en s'engageant à ne pas laisser une équipe sans moteur, comme cela a failli être le cas pour Red Bull en 2016 à cause de ses mauvaises relations avec Renault, puis le refus des trois autres motoristes présents.

Au final, l'accord est donc largement favorable aux motoristes, qui avaient, de toute manière, prévu dans leur business plan une réduction des recettes en lien avec la baisse de leurs dépenses de recherche sur ces moteurs. Mais la FIA peut désormais brandir le fait qu'elle a obtenu un accord qui va dans le sens de la réduction des coûts, qui ne peut qu'être bénéfique à une époque où les équipes indépendantes se battent davantage pour leur survie financière que sur la piste...

La F1 aura toujours les moteurs actuels jusqu'en 2020

La F1 aura toujours les moteurs actuels jusqu'en 2020

Publié dans Moteurs, FIA, Renault, Mercedes, Honda, Ferrari

Commenter cet article