Trois candidats pour le moteur 2017

Publié le par Matthieu Piccon

La FIA a donc bien décidé de lancer son appel d'offres pour des moteurs alternatifs en 2017. AER, Mecachrome et Ilmor font partie des candidats.

Le mois dernier, la FIA avait jeté un pavé dans la marre en dévoilant le veto de Ferrari contre une baisse des moteurs hybrides vendus aux équipes. Elle menaçait alors de lancer un appel à candidatures pour la livraison d'un moteur traditionnel qui serait beaucoup moins cher que les 20 millions actuellement réclamés aux équipes.

Celui-ci vient donc de prendre fin et trois candidats au minimum se sont déclarés et ont déposé un dossier de candidature. Le premier est bien connu des spécialistes puisqu'il s'agit d'Ilmor. Le motoriste britannique s'est fait un nom en étant le partenaire attitré de Mercedes et de McLaren de 1995 à 2005, qui s'est traduit par de nombreux titres. Mario Illien, le cofondateur de l'entreprise, l'a ainsi confirmé à Auto Motor und Sport : "Ilmor s'est proposé."

Pour ce faire, le motoriste peut s'appuyer sur son moteur V6 2.2l développé depuis 2012 pour l'IndyCar puisqu'il se rapproche des spécifications exigées pour la FIA : maximum 2,5l, plus de 870ch et moins de 135kg.

Il ne sera pas le seul à être candidat puisque AER a fait de même, comme Mike Lancaster, l'un des copropriétaires, l'a affirmé à Autosport : "Le fait que la FIA cherche un moteur dont nous dispons déjà est très intéressant pour nous. Nous avons passé plusieurs années à décvvelopper un moteur V6 GDi spécifique. Il a été assemblé pour les plus hauts niveaux du sport automobile, en se concentrant sur la consommation d'essence. Nous avons donc un moteur qui répond parfaitement aux demandes, à savoir un moteur très puissant, moderne et econome en essence."

Ce moteur répond ainsi déjà à la réglementation LMP1 de l'ACO. De plus, le motoriste peut également s'appuyer sur ses liens privilégiés avec la FOM, nés de la fourniture du moteur du GP3 depuis la saison 2013.

Mais il va devoir se méfier d'un troisième candidat sérieux, qui est l'entreprise française Mecachrome, qui a longtemps été associé avec Renault en Formule 1. Jean-Charles Raillat, son directeur des activités pistes, l'a ainsi confirmé à Motorsport : "On a remporté, il y a quelques mois, le contrat de fourniture du nouveau moteur du GP3, qu’on fournira dès 2016, et qui sera un V6 atmosphérique de 3,4 litres. On vient de remporter la fourniture de moteurs en GP2 dès 2017 avec un V6 turbo de 3,4 litres. Le cahier des charges de la FIA pour le moteur standard est assez similaire à ces deux moteurs, car ils désirent un 2,5 litres maximum. La base de nos moteurs est bien développée et parfaitement compatible avec la demande de la FIA."

Cependant, si de nombreux candidats semblent déjà se presser aux portes de la F1, il n'est pas dit que l'appel d'offres se concrétise par une attribution concrète d'un contrat. En effet, les motoristes actuels (Ferrari, Mercedes, Renault et Honda) ne manqueront pas de peser de tout leur poids pour s'y opposer.

Surtout qu'une telle réglementation obligerait à mettre en place une équivalence de performance très difficile à mettre en place et à faire respecter. Cela fait donc beaucoup de discussions alors que le problème de fonds est déjà connu de tous : le prix de ces nouveaux moteurs.

On peut donc fort parier qu'un accord sera trouvé avant q'un moteur dérivé d'une autre catégorie fasse son arrivée sur une grille de F1...

Verra-t-on bientôt deux types de moteurs cohabiter en F1 ?

Verra-t-on bientôt deux types de moteurs cohabiter en F1 ?

Commenter cet article