Une volonté de changement en F1

Publié le par Matthieu Piccon

A la fin de la saison dernière, nous avions discuté de l'intérêt d'avoir un championnat de jeunes pilotes. Il semblerait que l'idée fasse son chemin et qu'elle soit le signe d'une volonté de changement par rapport au status quo.

L'idée que nous avançions en novembre dernier était d'accorder un barème spécial aux pilotes jusqu'à 25 ans afin de les mettre en valeur et ainsi renforcer la visibilité de leurs équipes respectives.

Depuis la situation s'est guère améliorée puisque le triste spectacle de la grille en Australie, avec seulement 16 voitures présentes, a depuis prouvé aux yeux de tous la crise existentielle dans laquelle la F1 se trouve à l'heure actuelle.

L'idée est désormais reprise par une autre publication mais avec quelques modifications. Cette fois-ci, il s'agirait d'aligner une troisième voiture sur certaines courses européennes afin d'avoir une grille d'au moins 24 monoplaces.

L'idée de l'auteur serait de faire venir des jeunes pilotes afin de leur donner une expérience non pas seulement sur une séance du vendredi matin mais sur l'ensemble du Grand Prix. Il faut dire que la liste de ces jeunes prétendants aux portes de la F1 est significative, comme le souligne l'auteur : Stoffel Vandoorne chez McLaren, Raffaelle Marciello chez Ferrari/Sauber, Alexander Rossi ou Jordan King chez Manor, Pascal Wehrlein chez Mercedes/Sahara Force India, Alex Lynn pour Williams, Jolyon Palmer ou Esteban Ocon chez Lotus, Pierre Gasly ou Dean Stoneman chez Toro Rosso...

Néanmoins, le plan de les faire participer à une course européenne, si elle permet de limiter les frais de transport, n'est pas possible d'un point de vue pratique : l'ensemble de ces pilotes, à la notable exception de Dean Stoneman, sont alignés en GP2. Il serait alors tout simplement physiquement impossible que ces pilotes soient en mesure de défendre leurs chances pour le championnat en GP2 tout en participant au programme complet d'un week-end de F1 puisque chaque week-end de GP2 comprend une séance d'essais, une de qualifications et deux courses, qui ont lieu soit juste avant ou soit juste après une séance de F1.

Par contre, l'idée de les faire courir pourrait avoir davantage de sens pour les courses qui ne sont pas au calendrier de la F1, à la savoir celles en Asie et de l'autre côté de l'Atlantique. Dans ce cas, ils seraient en mesure d'apprendre des circuits qu'ils n'ont pas l'occasion de fréquenter dans leurs catégories de formation et pourraient alors bénéficier d'une étape supplémentaire dans leur formation.

Ces jeunes pilotes seraient également en mesure de faire venir de nouveaux sponsors, attirés par la perspective d'un meilleur retour sur investissements en misant dès le départ sur un pilote prometteur tout en devant injecter un budget inférieur à un baquet à plein temps en F1. Pour les équipes, cela représenterait une source de revenus supplémentaires, comme, si, par exemple, Sauber avait été en mesure de faire rouler Giedo van der Garde lors du Grand Prix d'Australie au lieu de le payer pour casser son contrat.

Une telle mise en avant de jeunes pilotes irait dans le sens des récentes déclarations de Paul Hembery cherchant à faire redevenir les pilotes le centre des discussions et non les machinations politiques et financières qui encombrent actuellement le paddock puisque le grand public serait en mesure de découvrir plus tôt la prochaine génération de pilotes.

On peut également noter que les fans souhaitent également faire connaitre leurs voix en utilisant les médias sociaux. Ainsi la semaine dernière, une initiative populaire anonyme a été lancée, intitulée #SavingF1, dont le programme est orienté vers les fans : "#SavingF1 est une campagne populaire qui en appelle aux fans afin qu'ils expriment leur soutien pour une Formule 1 plus équitable, plus accessible et plus durable, qui met les fans et le sport que nous aimons au premier rang. Faisons savoir aux banquiers qui possèdent actuellement notre sport qu'assez est assez. Il est tant d'éjecter la crise hors de la Formule Un."

Le débat semble donc lancer et prendre de l'ampleur. Reste à ce que les dirigeants en prennent compte...

GP2 Series Media Service - Stoffel Vandoorne et Felipe Nasr incarnent les pilotes de demain

GP2 Series Media Service - Stoffel Vandoorne et Felipe Nasr incarnent les pilotes de demain

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article