Nouvelle controverse autour de la subvention publique à Austin

Publié le par Matthieu Piccon

Depuis son arrivée au calendrier de la F1, le Circuit of the Americas a toujours été au coeur de la controverse par rapport à la subvention publique accordée par l'Etat du Texas. La controverse est relancée à l'approche de prochaines élections politiques.

L'histoire de la F1 et des Etats-Unis n'a jamais été simple et Austin ne fait pas exception. Le principal motif de discorde est la subvention publique de 250 millions de dollars, prévue pour couvrir les frais à verser à la FOM.

Ainsi en 2011, le Sénat du Texas avait refusé le versement de la première tranche de 25 millions de dollars, avant que la situation ne soit plus tard régularisée un an plus tard lorsque l'épreuve inaugurale a pu avoir lieu. Ces paiements s'inscrivent dans le cadre du Major Events Trust Fund, qui a pour objectif d'attirer des événements majeurs au sein de l'Etat pour en assurer la promotion.

Désormais, le débat se porte sur l'aspect technique de la demande de fonds émise par le circuit d'Austin. En effet, le journal local, San Antonio Express News, a publié des informations selon lesquelles les documents nécessaires pour obtenir une telle subvention n'auraient pas été présentés, ce qui remettrait en cause le principe même de la subvention.

Ainsi Jerry Patterson, le responsable des propriétés détenues par le Texas, a déclaré : "Le processus a été saboté dès le départ. Il était alors clair et c'est encore plus clair maintenant que les status n'ont pas été respectés." Il a donc tenu à faire savoir qu'il n'était ni en faveur, ni opposé à la F1 mais il reproche que la réglementation mise en place n'a pas été respectée.

La défense des dirigeants du circuit est articulée autour du fait que la demande officielle n'a pas été formulée par écrite mais que la parole de Bernie Ecclestone était suffisante. Bobby Epstein, le président du circuit, a ainsi répondu à travers une interview accordée à la chaine de télévision locale Kxan-TV : "Dominos Pizza ne vient pas vous livrer une pizza chez vous si vous ne les avez pas appelés pas pour leur dire que vous êtes intéressés pour en avoir une. Un Grand Prix n'arrive donc pas comme ça non plus."

Il a ainsi affirmé que les status du fonds ne précisait pas si la demande devait être formulée de manière écrite ou orale. Il estime donc que son organisation n'a pas de crainte à avoir quant à la légitimité de sa demande.

Une telle réponse n'a évidemment pas calmé les opposants au projet, comme le montre la déclaration de Tom Smith, le directeur de l'ONG locale Public Citizen : "Un demandeur de coupons alimentaires ou pour la sécurité sociale doit soumettre une demande signée et fournir tout un tas de preuves pour être éligible. Pourtant, un opportuniste peut arriver et dire : "Oh nous avons une demande orale, nous devrions recevoir un quart de milliard de dollars" ? Cela n'est pas crédible."

Cette affaire ressort maintenant alors que des élections locales se profilent. Or le San Antonio Express News ne manque pas de souligner que le milliardaire BJ McCombs, un des actionnaires du circuit, est un gros contributeur aux campagnes de la controleuse de l'Etat, Susan Combs, du gouverneur, Rick Perry et du procureur général du Texas, Greg Abbott. Ainsi selon les comptes de campagne publiés, il aurait versé 669.054 dollars entre 2000 et mars 2014 aux différentes campagnes de ces trois personnalités impliquées dans les versements effectués au Circuit des Amériques.

Cela ne devrait pas remettre en cause la tenue de la troisième édition du Grand Prix, le 2 novembre prochain.

Getty - Le COTA est toujours au coeur de la controverse

Getty - Le COTA est toujours au coeur de la controverse

Publié dans Circuits, Austin, COTA, Etats-Unis

Commenter cet article