De plus en plus de questions autour du Grand Prix de Russie

Publié le par Matthieu Piccon

Alors que les pressions internationales s’accentuent sur la Russie en raison de la crise en Ukraine, de plus en plus de questions se posent autour de la tenue du Grand Prix de Russie, qui doit se dérouler dans un mois.

Mercedes est l’une des écuries pour qui la question se pose le plus. En effet, l’écurie a comme sponsor-titre, la compagnie pétrolière nationale de la Malaisie, Petronas. Or on peut imaginer que les autorités de ce pays ne seront pas ravies de s’exposer lors d’une épreuve sur le territoire russe, seulement quelques semaines après la tragédie de l’avion abattu de la Malaysia Airlines.

A la question posée sur le sujet par Daniel Ortelli de l’AFP, Toto Wolff, le directeur de l’écurie, a répondu : « Nous sommes une équipe sportive et je pense que le sport doit unir les gens. Nous devons faire confiance à notre fédération et au promoteur pour nous fournir des conseils et des informations. Il est toujours dangereux de lire les informations et se construire une opinion car cette opinion pourrait être vraiment fausse par rapport à ce qui se passe. Je pense donc que c’est ce que nous allons faire, faire confiance à l’opinion de la FIA et ensuite de suivre leurs conseils. »

Cette position est suivie par l’ensemble des responsables d’écurie et des sponsors présents dans le sport, comme le montre les déclarations de Paul Hembery, le responsable de la compétition chez Pirelli : « Du point de vue de notre activité commerciale, la Russie est un pays important pour nous. Nous y avons deux usines et nous avons été à l’international depuis plus de 140 ans. Nous allons donc continuer à opérer partout dans le monde et, au cours de toutes ces année, vous pouvez imaginer qu’il y a eu énormément d’incidents dans le monde. Vous devez donc prendre un point de vue un peu plus de long terme. Je suis donc d’accord avec le point de vue de Toto. Au bout du compte, s’il y a un événement, nous fournissons les pneumatiques et si le sport va là-bas, nous y serons. »

L’avis de Paul Hembery est d’autant moins étonnant que l’actionnaire principal de Pirelli est russe. De même, John Booth de Marussia n’avait rien à ajoute à ce qu’ont déclaré ses deux confrères.

Pendant ce temps, le circuit de Sotchi postait un tweet dans lequel on voyait un beau coucher de soleil au-dessus de la mer, comme si de rien n’était…

De notre envoyé spécial à Monza

Sochi Autodrom - Aucun signe que le Grand Prix de Russie n'aura pas lieu

Sochi Autodrom - Aucun signe que le Grand Prix de Russie n'aura pas lieu

Publié dans Circuits, Russie, Sotchi

Commenter cet article