Mercedes et Brembo ont trouvé la cause du problème de freins de Lewis Hamilton en Allemagne

Publié le par Matthieu Piccon

Alors que Lewis Hamilton a évoqué qu'il avait gelé un des freins lors des qualifications en Belgique, Mercedes et son fournisseur Brembo ont tenu à faire savoir qu'ils avaient identifié la cause de la défaillance dont le pilote avait victime lors des qualifications d'Allemagne.

La sortie de piste de Lewis Hamilton lors de la Q1 à Hockenheim avait été impressionnante et avait poussé l'écurie à utiliser les freins d'une autre marque, Carbon Industries, à l'occasion de son épreuve à domicile.

L'incident avait donc mis en lumière la marque italienne sous un angle peu flatteur puisque cela supposait que la qualité de ses produits était en cause, surtout que Niki Lauda ne s'était pas privé de critiquer ouvertement la marque : "Brembo a promis de renforcer le matériel. Que ce soit arrivé à nouveau n'est pas acceptable."

Juste avant le départ du Grand Prix de Belgique, les deux partenaires ont donc diffusé un communiqué dans lequel ils annoncent avoir trouvé l'origine de cette défaillance technique. Afin de repartir sur des meilleures bases, elles présentent un front uni : "Pour commencer, les deux parties peuvent confirmer que la qualité du matériel du disque de frein n'a pas été un facteur."

A l'issue de tests en laboratoire et d'analyse du disque défectueux, il en résulte que la défaillance a été causée par "l'intéraction entre le disque de freins et son support installé sur la monoplace du pilote britannique". Les deux partenaires ont donc déjà mis en place les contre-mesures tant sur la géométrie du disque que sur le support de freins pour éviter qu'un tel incident ne se reproduise à l'avenir.

Ils ont alors conclu leur communication commune sur leur souhait réciproque de continuer une longue et fructueuse relation de travail.

Mercedes - La qualité des freins de Brembo n'est pas en cause

Mercedes - La qualité des freins de Brembo n'est pas en cause

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article