Bernie Ecclestone voudrait racheter la F1

Publié le par Matthieu Piccon

Comme conserver un poste de directeur quand tout est fait pour que vous ne soyez plus aux commandes ? Racheter l'entreprise. Ce serait le projet de Bernie Ecclestone avec la F1.

La F1 telle que nous la connaissons aujourd'hui est l'oeuvre de la vie de Bernie Ecclestone et, pour lui, le mot retraite n'a aucune signification. Depuis plusieurs années, CVC Capital, l'actionnaire principal de la F1, souhaiterait céder sa participation après avoir réalisé une excellente opération financière depuis son arrivée en 2006.

Le plan initial du fonds d'investissement était de céder sa participation à travers une cotation à la Bourse de Singapour. Mais les ennuis judiciaires de Bernie Ecclestone en Allemagne ont rendu cette perspective fortement improbable. Il s'est tourné vers une stratégie alternative, à savoir la cession de gré-à-gré. Cela a donc permis à d'autres fonds de rentrer dans le capital de la F1.

Aujourd'hui, malgré son procès à Munich et ses 84 printemps, Bernie Ecclestone estime qu'il peut retrouver son pouvoir actionnarial, comme il le révèle au Daily Express : "J'en ai parlé avec Donald Mackenzie (NDLR : le président de CVC) et je suis en train de l'étudier. C'est possible, même si une ou deux autres entreprises sont intéressées et que je ne compte pas entrer dans une guerre des enchères. Mon âge ne l'empêche pas. Je sens pareil qu'il y a 40 ans. Notre entreprise a été un très bon investissement pour CVC et cela serait un très bon investissement pour moi ou pour quelqu'un d'autre."

Néanmoins, ce projet est loin d'être concrétisé puisqu'il est actuellement déjà très occupé avec son procès en Allemagne, comme il est le premier à le reconnaitre : "J'ai deux emplois à l'heure actuelle. Le premier est mon occupation principale et j'espère que l'autre n'est qu'un travail à temps partiel à Munich. Je sais que les prisons sont remplies de personnes qui disent qu'elles sont innocentes. C'est pour cela que je me rends en Allemagne toutes les semaines parce que je sais que je suis innocent et je veux laver mon nom. Je ne sais pas quel sera le verdict mais cela ne sert à rien de s'inquiéter. J'aimerais autant que de mauvaises choses ne se passent pas. J'aimerais penser pouvoir continuer  faire ce que je fais tant que j'en suis capable. Etre enfermé en prison m'inquiète beaucoup plus que de perdre le contrôle de la F1."

Comme souvent, il ne faut donc pas prendre au premier degré la déclaration du grand argentier de la F1 sur ses intentions de rachat du sport. Il veut montrer qu'il est toujours à l'offensive et qu'il ne faut pas l'enlever de l'équation plus tôt qu'absolument nécessaire. Sa déclaration pourrait également servir à faire monter les enchères parmi les différents candidats au rachat.

Selon les informations d'Auto Motor und Sport, quatre candidats seraient déjà alignés pour reprendre les 35% du fonds luxembourgeois. On retrouve Ferrari, qui avait déjà fait une première approche en 2011, et Red Bull, qui détient déjà deux écuries mais également un autre Luxembourgeois, Gérard Lopez de Lotus tandis que John Malon de Discover Channel n'aurait pas complètement abandonné son projet.

Les mois à venir devraient donc être riches de rumeurs et de suppositions quant à l'avenir de la F1. Pendant ce temps, la majorité des écuries du plateau ont du mal à survivre...

Bernie Ecclestone voudrait racheter la F1

Commenter cet article