Le Canada prolonge jusqu'en 2024

Publié le par Matthieu Piccon

Il aura fallu plus de deux ans de négociations mais le résultat est là : le Canada est parvenu à sécuriser sa place pour les dix prochaines années.

L'an dernier, François Dumontier, le président de l'organisation du Grand Prix, déclarait : "Nous sommes en train de discuter pour une extension de 2015 à 2024, soit dix ans. C'est la plus longue durée d'accord qui nous ait jamais été proposée. Auparavant, nous avions des périodes de cinq ans avec des options. Tous les nouveaux contrats sont désormais signés pour dix ans. Dix ans nous permettent de penser au long terme, de penser à des améliorations qui peuvent être apportées au circuit, à des investissements... Nous sommes ravis de travailler dans cette perspective."

C'est désormais chose faite puisque les officiels canadiens ont profité de la tenue de l'édition 2014 pour annoncer, lors d'une conférence de presse sur le circuit, que la ville pouvait compter encore sur au moins dix ans de présence au calendrier.

La confirmation finale aura mis quelques temps à se concrétiser puisque des discussions de dernière minute se sont tenues entre la mairie, le promoteur et la FOM de Bernie Ecclestone. Denis Coderre, le maire de la ville, a ainsi déclaré : "Il y a eu des négociations de dernière minute entre M. Ecclestone et moi, par l’entremise de nos avocats et de M. Fortier. On devait s’entendre en ce qui concerne (la rénovation des) infrastructures, s’entendre sur ce qui allait arriver. Évidemment, quand on parle d’une période de 10 ans, il faut regarder tous les scénarios. Et ce, dans les intérêts de Montréal, alors qu’on parle d’argent (public), celui des payeurs de taxes."

187 millions de dollars d'investissements

L'intérêt principal d'avoir un contrat de dix ans est de permettre aux agences locales de planifier et d'amortir les coûts d'investissements sur une longue période. La redevance que va recevoir Bernie Ecclestone l'an prochain atteint 15 millions de dollars. Le taux annuel d'inflation prévu par le contrat est de 4%, ce qui fera donc grimper la note à plus de 21 millions de dollars lors de la dernière du contrat.

Afin de justifier de telles sommes auprès de la population locale, Denis Coderre met donc en avant qu'il s'agit bien d'investissements et non de dépenses superflues : "Ce n'est pas seulement un accord commercial. Il y a davantage de profondeur que ça. C'est l'endroit de Gilles Villeneuve, de Jacques Villeneuve. Cela fait partie de notre ADN. C'est pourquoi nous ne parlons pas d'une dépense mais d'un investissement. Cela a un impact majeur, non seulement pour notre grande métropole mais pour le sport en tant que tel."

Ainsi l'ensemble des organisations publiques impliquées dans le projet va investir un total de 187 millions de dollars sur l'ensemble de la période, avec la répartition suivante : la plus grosse charge revient à l'office de tourisme Tourisme Montréal et le gouvernement fédéral puisque ces deux organismes investiront chacun 62 millions de dollars. Vient ensuite le gouvernement provincial du Québec, qui devra débourser 50 millions de dollars. Enfin, la ville de Montréal mettra 12,5 millions de dollars sur la table.

Néanmoins, la municipalité, qui est propriétaire des infrastructures du circuit Gilles Villeneuve, va également devoir prendre en charge les 32 millions de dollars d'investissements nécessaires à l'amélioration des infrastructures du circuit. Cette somme permettra de couvrir les coûts des travaux pour de nouveaux paddocks, une nouvelle tour de contrôle de la course et une nette amélioration des infrastructures médicales du circuit.

Les travaux doivent débuter courant 2015 pour être complétés d'ici à l'édition 2017 afin de célébrer les 375 ans de la ville.

Plus de 70 millions de dollars de retombées annuelles

En face des sommes déboursées à la FOM, il faut regarder les retombées dont bénéficie la ville. Ainsi dans une étude réalisée sur l'édition 2010, elles étaient estimées à 90 millions de dollars pour la ville. Le succès ne se dément au fil des années puisque les chiffres avancés par les autorités locales évoquent une tranche comprise entre 70 et 90 millions de dollars pour la seule capitale du Québec.

Ainsi Denis Coderre indique : "L'importance de cet événement pour Montréal est au-delà de toute mesure. Nous parlons de 310 millions de téléspectateurs de 150 pays qui regarderons la course. C'est l'un des grands événements internationaux qui construisent la réputation internationale de Montréal et la place parmi les plus grandes villes du monde."

Le Canada prolonge jusqu'en 2024

Commenter cet article