Tête-à-tête exclusif avec Conor Daly

Publié le par Matthieu Piccon

Dans le paddock de Barcelone, nous sommes partis à la rencontre de Conor Daly, qui vient d´être confirmé pour la saison complète en GP2. Il nous évoque son envie de participer au projet de Gene Haas dans le futur.

Lors des essais libres de ce matin, vous n’avez pu faire que sept tours. Que s’est-il passé ?

« J’ai pu faire deux premières sorties et lors de mon troisième tour d’attaque, la pédale de frein est allée jusqu’au plancher lorsque j’arrivais dans l’épingle ! Je me suis fait une belle peur mais heureusement il y a des dégagements à cet endroit. J’ai donc pu rejoindre les stands.

A part ça, je ne pense pas que si nous soyons si mal placés. La voiture est bonne, il y a une nette amélioration par rapport à Bahrain. Nous verrons donc ce qui va se passer pendant le reste du week-end. Je n’ai rien touché, je pourrais donc participer aux qualifications cet après-midi. »

Cette semaine, vous venez d’être officialisé pour l’ensemble de la saison de GP2 chez Venezuela GP Lazarus, après une première tentative lors du week-end de Bahrain. Comment se sont déroulées les discussions avec cette équipe ?

« Nous avons trouvé un bon accord avec l’équipe. Nous avons le cadre pour la saison. Je ne dispose pas encore de tout ce dont j’ai besoin pour la saison mais nous travaillons sur le sujet. Cela va être difficile de faire toute la saison, j’ai encore besoin de beaucoup de soutien mais, au moins, nous avons un bon accord avec l’équipe et nous travaillons très dur pour tout mettre en place. »

Il y a trois mois, vous m’auriez demandé ce que j’allais faire cette saison, je n’en aurais eu aucune idée car je ne suis pas maître de mon destin car je ne dispose pas des fonds suffisants.

Conor Daly

Début mars, vous aviez l’air très pessimiste sur votre avenir

« Il y a trois mois, vous m’auriez demandé ce que j’allais faire cette saison, je n’en aurais eu aucune idée car je ne suis pas maître de mon destin car je ne dispose pas des fonds suffisants. Pendant un certain temps, je pensais que je serais en IndyCar, au moins pour quelques courses mais les fonds ne sont jamais arrivés. D’autres pilotes m’ont été préférés à cause des fonds qu’ils apportaient. C’est la vie, c’est la course automobile à l’heure actuelle.

Mais être là en GP2, avoir fait cette première course, travailler pour toute la saison, c’est fantastique. Je suis vraiment ravi d’être là car c’est le meilleur championnat de promotion au monde. C’est un championnat extrêmement compétitif, c’est donc une excellente opportunité. »

Quels sont donc vos objectifs pour la saison ?

« En tant que rookie, nous voulons marquer des points, des points et encore des points. Nous voulons surprendre les gens, monter sur le podium, gagner des courses. C’est ma première saison, cela va donc être un challenge. Je vais donc faire de mon mieux et on fera les comptes à la fin. »

Après trois saisons en GP3, vous passez donc à l’étape supérieure. Quelles différences majeures voyez-vous entre les deux monoplaces et entre les deux catégories ?

« Les voitures sont plus grandes, sont plus rapides et les courses sont plus longues. Vous devez donc élevé votre niveau de jeu. J’ai énormément appris en GP3, surtout lorsqu’on est passé de la première voiture à la nouvelle, qui est beaucoup plus rapide. Cela a été un grand pas en avant mais je me suis débrouillé avec la nouvelle voiture qu’avec l’ancienne. Maintenant, il faut de nouveau progresser et surtout apprendre à gérer les pneumatiques car, vraiment, il s’agit surtout de gérer les pneumatiques. C’est d’autant plus important en qualifications pour bien s’élancer et marquer des points en course. »

Je garde un œil sur tout car je n’ai pas assez d’argent pour la F1. Si nous trouvons quelqu’un qui est prêt à pleinement nous soutenir, absolument, je veux aller en F1

Conor Daly

Est-ce que vous comptez vous concentrer exclusivement sur l’Europe et donc la F1 ou regardez-vous les opportunités que vous pourriez avoir en IndyCar ?

« Je garde un œil sur tout car je n’ai pas assez d’argent pour la F1. Si nous trouvons quelqu’un qui est prêt à pleinement nous soutenir, absolument, je veux aller en F1. Quand on voit l’état actuel de la F1… Des champions de GP2 n’ont pas pu accéder en F1, ce qui est vraiment dommage.

Maintenant, je suis obligé de regarder ce qui est possible car je veux faire de cela mon métier. Je veux être un pilote de courses professionnel. Donc d’un point de vue économique et stratégique, je dois regarder comment les choses vont se dérouler. La F1 est un rêve. J’adorerais être en F1, j’adorerais ramener les Etats-Unis en F1 mais j’ai besoin de soutien pour le faire. »

En parlant de courses américaines, l’année dernière vous avez participé aux 500 miles d’Indianapolis. Est-ce que vous pensez les refaire ?

« Cette année, cela ne va pas être possible mais j’adorerais le refaire car cela a été la plus belle expérience de ma vie ! J’espère que les gens peuvent l’expérimenter dans leur vie car c’est absolument fascinant ! En tant que pilote, pour n’importe quel pilote, c’est véritablement extraordinaire. Si vous dites que cela ne l’est pas, c’est que vous êtes idiot ! Nous verrons mais aujourd’hui, je n’en ai aucune idée. »

Comptez-vous réaliser quelques courses en Indy Light ?

« L’IndyLight, c’est sûr que non. S’il y a quelques choses, ça sera de l’IndyCar. J’aimerais beaucoup pouvoir faire quelques courses routières. Il y a plusieurs équipes qui seraient intéressées. Peut-être que pendant la pause d’août que nous avons en GP2, il y aura peut-être une opportunité mais rien n’est fait pour l’instant. L’an passé a été l’année la plus chargée de ma vie et je ne pensais pas faire tout ce que j’ai fait. Donc qui sait, ce sera peut-être pareil cette année. Tout est ouvert. »

Vous n’êtes plus soutenu par Sahara Force India. Pourriez-vous intégrer un autre programme d’écurie ?

« Pas vraiment, non. A l’heure actuelle, nous n’avons rien de formel. Evidemment, nous devons voir comment cela va se passer pour le projet Haas. C’est vraiment génial pour la F1. C’est vraiment très bien que Gene Haas s’implique dans ce projet. J’adorerais travailler avec ces gens. »

Je suis persuadé que si vous voulez une équipe américaine, vous avez besoin d’un pilote américain.

Conor Daly

En tant que pilote américain expérimenté sur les circuits européens, vous semblez être un candidat naturel à un baquet au sein de la future écurie américaine de Gene Haas. Avez-vous déjà eu des discussions avec eux ?

« Oui, c’est sûr. Je suis persuadé que si vous voulez une équipe américaine, vous avez besoin d’un pilote américain. Je ne dis pas qu’il faut que les deux pilotes soient américains mais c’est sûr qu’il en faut au moins un. Dire qu’une équipe américaine n’a pas besoin d’un pilote américain, c’est ridicule ! Si vous avez une équipe américaine, vous avez également besoin d’un pilote américain car l’équipe et le pilote vont ensemble ! J’adorerais être impliqué dans ce groupe. J’ai essayé de contacter les bonnes personnes mais c’est un long chemin. Mais dans tous les cas, j’essaye ! »

Vous avez fait savoir que vous étiez intéressé pour rejoindre la future Formule E. Où en sont vos projets dans le domaine ? Avez-vous déjà eu des discussions avec des écuries ?

« Quelques équipes m’ont fait savoir qu’elles étaient intéressées. C’est génial qu’Andretti Motorsport soit impliqué dans ce projet car je les connais bien. Nous avons travaillé ensemble il y a longtemps. Il y a également eu des signes d’intérêt d’autres équipes, ce qui m’a un peu surpris. Je ne vais pas être un pilote qui va apporter de l’argent dans un tel projet. J’espère donc que les équipes vont être en mesure de trouver l’argent par elles-mêmes, qu’elles pourront trouver les gros sponsors qu’elles pensent pouvoir trouver. C’est excitant, les événements sont très cools. Je pense que les voitures ont beaucoup de potentiel mais je ne sais pas comment cela se terminer. »

De notre envoyé spécial à Barcelone

Tête-à-tête exclusif avec Conor Daly

Publié dans GP2, Conor Daly, Exclusivité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article