Simona de Silvestro confirme son ambition d’être titulaire en F1

Publié le par Matthieu Piccon

Lors d’un point presse organisé dans le paddock de Barcelone, Simona de Silvestro a confirmé qu’elle voulait devenir titulaire en F1.

Simona de Silvestro est clairement un phénomène médiatique pour la F1 en général et pour Sauber en particulier. En effet, lors du point presse organisé par l’écurie, plus d’une trentaine de journalistes de différentes nationalités étaient présents pour écouter la Suissesse, ce qui est plutôt rare pour un pilote affilié d’une écurie.

C’est que la pilote vient de réaliser des essais sur le circuit de Fiorano, qui se sont révélés très probants, même si l’écurie s’est refusée à communiquer le moindre temps. Pour l’ancienne pilote d’IndyCar, la marche à franchir a été pour le moins haute : « Lorsque je me suis installée au volant, je pensais que ça serait une étape de plus par rapport à l’IndyCar. Mais en fait, c’était davantage dix marches d’un coup, tellement la différence est impressionnante. »

Interrogée sur les différences entre les deux types de monoplaces, elle a expliqué que la préparation physique pour les conduire n’était pas du tout la même : « En IndyCar, je devais travailler surtout le haut du corps, les bras car le volant et la direction étaient très lourds. Mais il n’y avait pas tant de forces G que ça. Par contre, en F1, les forces G que vous subissez n’ont absolument rien à voir. C’est aussi dur dans un cas que l’autre mais il faut se préparer de manière complètement différente. »

Elle en a profité pour revenir sur son expérience en IndyCar : « Je pense que je me suis débrouillée mais je pense que j’aurais pu faire encore mieux. Surtout l’année dernière, les choses ne sont pas toujours allées dans notre sens. Donc je suis contente mais pas complètement satisfaite. »

(Danica Patrick) est américaine et la Nascar est énorme là-bas. Alors que moi, je viens d’Europe et la F1 a toujours été mon objectif.

Simona de Silvestro

Le parallèle avec une autre pilote, Danica Patrick, n’a évidemment pas manqué d’être effectué, qui a préféré passer de l’IndyCar à la Nascar, plutôt que de se tourner vers la F1 : « Danica était très rapide sur ovale mais la F1 se déroule sur des circuits routiers, ce qui fait une grosse différence. De plus, elle est américaine et la Nascar est énorme là-bas. Alors que moi, je viens d’Europe et la F1 a toujours été mon objectif. »

Dans son plan de carrière, l’IndyCar n’était qu’une étape et pas une fin en soi : « Je suis partie aux Etats-Unis quand j’avais 17 ans. J’ai fait quasiment toute ma formation là-bas. J’ai énormément appris là-bas, en me battant avec des pilotes comme Scott Dixon, Dario Franchitti ou Tony Kanaan. Néanmoins, je pense que la F1 est encore plus forte que ça et c’est pour ça que j’ai sauté sur l’opportunité qui s’est présentée. »

Votre serviteur lui a alors demandé pourquoi elle avait privilégié d’être en rôle de pilote essayeur plutôt que de conserver un programme de compétition, comme le GP2 qui aurait pu lui permettre d’apprendre les circuits : « Nous nous sommes posés la question. Mais au bout du compte, le plus important est de se familiariser avec la façon dont une écurie de F1 fonctionne. A l’heure actuelle, c’est plus important que de rouler en compétition sur les différents circuits. »

On ne peut manquer de se demander comment elle voit son futur. Elle ne fait pas mystère de ses ambitions : « Evidemment que je souhaiterais être sur la grille dans le futur. Pour l’instant, j’ai rempli tous les objectifs que nous nous sommes fixés avec l’écurie. Donc nous verrons comment les choses évoluent. »

Le futur va commencer par une seconde phase d’essais, sur le circuit de Valence à la fin juin. Au cours de ces trois jours d’essais, elle pourra approfondir sa connaissance de la F1, même si cela ne compte pas pour obtenir la Superlicence : « Techniquement, cela ne compte pas puisqu’il faut faire 300 kilomètres avec une monoplace actuelle. Néanmoins, j’ai montré que j’étais compétitive avec la monoplace d’il y a deux ans. Donc peut-être que ça peut compter quand même… »

Nous ne manquerons pas de suivre l’évolution de la jeune femme au cours des mois à venir, qui pourrait conduire à voir une femme performante atteindre la grille d’une course de F1.

De notre envoyé spécial à Barcelone

Simona de Silvestro confirme son ambition d’être titulaire en F1

Publié dans Sauber, Simona de Silvestro

Commenter cet article