Sahara Force India change de couleur à Monaco

Publié le par Matthieu Piccon

Après la voiture, Sahara Force India s'attaque à sa combinaison : celle-ci abandonne totalement le blanc pour adopter le noir.

A l'intersaison, Sahara Force India avait décidé d'abandonner le blanc qui était dominant sur sa monoplace puisque l'écurie s'était rendue compte que cette couleur était plus lourde que le noir ! Le changement permettait donc de compenser en partie le gain de poids induit par le changement de réglementation technique.

Par contre, jusqu'à présent, les combinaisons des pilotes étaient restées avec une majorité de blanc. Le changement effectif à partir du week-end monégasque permettra de retrouver une cohérence entre les deux éléments.

Ce changement de couleur n'est pas la conséquence d'un changement de fournisseur dans le domaine puisque c'est toujours Alpinestars qui est en charge de l'ensemble des vêtements de protection de l'écurie, et ce depuis 2008. Les deux partenaires en profitent même pour annoncer la prolongation de leur association, comme le déclare Gabriele Mazzarolo, le président de la marque : "Alpinestars est reconnu pour avoir des produits performants et innovants par les meilleurs athlètes de sport automobile depuis plus de 50 ans. Les combinaisons que nous développons pour les pilotes et le reste de l'équipe de Sahara Force India offrent une technologie qui améliore la performance qui va aider Nico et Sergio, tant à Monaco que pendant le reste de la saison puisque nous continuerons à développer notre technologie."

Cependant, l'écurie profite du changement de couleur pour opérer un certain rééquilibrage entre les différents sponsors présents dessus. Ainsi on peut noter que la part consacrée à la marque Kingfisher de Vijay Mallya est moindre et plus basse qu'auparavant. Par contre, Smirnoff s'impose de manière centrale, tant sur le devant que l'arrière de la combinaison, ce qui maximise sa visibilité.

Sahara Force India change de couleur à Monaco
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article