Ferrari veut simplifier ses processus de décision

Publié le par Matthieu Piccon

ferrari-marco-mattiacci.jpgLes grandes manoeuvres ont commencé chez Ferrari : la priorité est donnée à la rapidité de réaction, à tous les échelons de l'organisation.

La démission de Stefano Domenicali aura permis de créer un électrochoc au sein de la Scuderia, dont les performances depuis le début de la saison sont loin des attentes des hommes de Maranello. En nommant Marco Mattiacci, Luca di Montezemolo a fait le choix d'un homme de l'intérieur mais sans aucune expérience de la F1, afin qu'il puisse apporter son oeil extérieur et donner une nouvelle direction à l'écurie.

Le nouvel homme fort de Maranello a eu la chance de son côté avec le premier podium de la saison avec Fernando Alonso lors du Grand Prix de Chine mais cela n'est évidemment pas suffisant. Il s'attaque donc désormais aux processus de l'écurie pour grimper dans la hiérarchie.

La clé identifiée est la rapidité d'exécution. Luca di Montezemolo a donc demandé à s'attaquer à la bureaucratie de Maranello, qui a le don de ralentir le processus de décision et la mise en oeuvre des améliorations. La pression est également mise sur les fournisseurs de la Scuderia, qui sont priés de fournir plus rapidement leurs pièces, que ce soit pour les prototypes que pour les pièces définitives.

De même, Ferrari veut moins recourir aux services de prestataires extérieurs, notamment les consultants. L'écurie italienne est donc à l'inverse de la stratégie choisie par Lotus, qui a décidé de massivement utiliser les services du cabinet de conseil Altran. Par contre, les dirigeants de Ferrari ne sont pas contre l'idée de suivre la stratégie de Mercedes, qui a été d'aller chercher du personnel sur le marché afin de maximiser l'expertise interne.

Avec des gens comme Bob Bell ou Ross Brawn sur le marché, Ferrari pourrait être tenté de sortir le carnet de chèques...

Ferrari veut simplifier ses processus de décision

Commenter cet article